Retrait post-électoral de fonds: Ravignat exige une enquête

Le député fédéral de Pontiac, Mathieu Ravignat... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le député fédéral de Pontiac, Mathieu Ravignat

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le député néo-démocrate de Pontiac, Mathieu Ravignat, demande à la commissaire à l'éthique, Mary Dawson, d'enquêter sur des allégations de retrait de financement au Centre Jean Bosco de Maniwaki, à la suite de la défaite conservatrice dans cette circonscription lors des dernières élections générales.

Il a fait parvenir cette demande d'enquête mercredi, à la suite des révélations faites sur le réseau social Twitter par le sénateur conservateur suspendu, Patrick Brazeau. Ce dernier laisse entendre qu'une promesse de financement faite en période électorale par l'ancien ministre conservateur et député de Pontiac, Lawrence Cannon, aurait été abandonnée en raison de la victoire du NPD.

Ces informations ont été dévoilées à la suite du dépôt, mardi, du rapport d'enquête de la commissaire Dawson au sujet de l'intervention de la ministre Diane Finley, en 2011, pour favoriser la demande de financement de 1 million $ du «Markham Centre for Skills and Independance», situé dans le grand Toronto, dans le cadre du Fonds pour l'accessibilité.

Lors d'un entretien, le député Ravignat a expliqué que le projet du Centre Bosco était plus méritoire et que la communauté de Maniwaki s'était mobilisée pour amasser une somme frôlant le million de dollars, avec la promesse de financement du fédéral d'un montant équivalent par Lawrence Cannon, défait par M. Ravignat dans Pontiac lors des élections générales de mai 2011.

Le député Ravignat soupçonne qu'il y ait eu de l'ingérence politique, «de la petite politique sale», pour rejeter le projet du Centre Jean Bosco, un organisme qui vient en aide aux personnes handicapées de Maniwaki et des environs, en faveur d'un autre «moins méritoire» qui n'avait même pas passé l'analyse des fonctionnaires.

«Le gouvernement conservateur a rompu sa promesse et a tourné le dos aux gens de Maniwaki et au Centre Jean Bosco. C'est inacceptable et ça nous prend des réponses claires et de la transparence. C'est une question de justice», a indiqué au Droit le député Ravignat.

Dans son tweet, M. Brazeau souligne que «le Centre St-Jean Bosco de Maniwaki s'était fait promettre des fonds. Mais lorsque l'ancien ministre Lawrence Cannon a perdu lors de la dernière élection, la ministre Finley a retiré les fonds car le NPD a gagné dans la circonscription (traduction libre).» 

Le député Ravignat affirme avoir tenté de savoir, avec des demandes d'accès à l'information, pourquoi le projet n'avait pas été retenu, sans trop de succès. «L'analyse des dossiers de financement devrait être faite objectivement par les fonctionnaires. Mais ici, les gens du Centre Jean Bosco ont le droit de savoir s'il y a eu de l'ingérence politique et pourquoi leur projet a été rejeté», croit-il.

Dans le rapport Dawson, on apprend ainsi que sur les 167 propositions ayant fait l'objet d'une évaluation interne, seulement trois ont obtenu une cote inférieure à celle de la proposition Markham, la seule à se voir accorder une évaluation externe «à la dernière minute à la demande de la ministre Finley». Ce projet Markham avait obtenu un financement de 1 million $ qui a été retiré ultérieurement «puisque les délais établis n'ont pas été respectés et les défauts de l'édifice ont entraîné d'importantes augmentations des coûts», selon le rapport Dawson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer