Les acupuncteurs du Québec irrités

Difficile de savoir combien de frais en acupuncture... (Archives, La Presse)

Agrandir

Difficile de savoir combien de frais en acupuncture sont ainsi refusés aux fonctionnaires parce qu'ils ne sont pas prodigués par un médecin.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Des dizaines de milliers de fonctionnaires fédéraux québécois ne sont pas admissibles au remboursement des soins d'acupuncture, à moins qu'ils ne soient prodigués par un médecin, une situation que dénonce les acupuncteurs du Québec.

« Cette clause prévue au régime de soins de santé de la fonction publique rend presque inadmissibles le remboursement des soins d'acupuncture pour les fonctionnaires fédéraux vivant Québec parce qu'ici, contrairement à d'autres provinces, il n'y a pratiquement pas de médecins qui font de l'acupuncture. Et au Québec, l'acupuncture est régie par un ordre professionnel » dénonce Julie Dorval, porte-parole de l'Association des acupuncteurs du Québec (AAQ), qui regroupe plus de 800 acupuncteurs au Québec.

« Nous avons informé le Conseil du Trésor, le Conseil national mixte qui est responsable du régime, et la réponse en est une d'indifférence. On nous répond que c'est écrit dans le contrat et personne ne fait rien. C'est de l'usure sympathique. On ne sait plus quoi faire pour faire changer les choses », poursuit Mme Dorval.

Difficile de savoir combien de frais en acupuncture sont ainsi refusés aux fonctionnaires parce qu'ils ne sont pas prodigués par un médecin. Mais les 800 acupuncteurs estiment qu'ils devraient être reconnus par le régime au même titre que d'autres professions régies par un ordre professionnel.

Créé en 1995, l'Ordre des acupuncteurs a été mis sur pied pour réglementer cette profession au Québec, comme 43 autres professions de la province. L'AAQ s'assure de la qualité des activités professionnelles de ses membres et favorise le maintien et le développement de leurs compétences. Quelques dizaines de médecins offriraient de tels soins dans la province et aucun répertoire public n'est disponible, souligne Mme Dorval.

Conseil du Trésor

Au Conseil du Trésor, on réplique que le gouvernement a négocié récemment des améliorations aux prestations du régime, notamment pour les services de psychologie, de chirurgie du laser et de l'élimination de la franchise. Mais rien pour modifier les règles touchant l'acupuncture au Québec.

« En vertu des règles actuelles du Régime de soins de santé de la fonction publique, les traitements d'acupuncture faits par un médecin constituent une dépense admissible », a indiqué Lisa Murphy, des relations média au secrétariat du Conseil du Trésor. « S'il est vrai que dans certaines provinces, les médecins doivent suivre une formation spécialisée avant de faire des traitements d'acupuncture (titulaires d'un permis provincial), aucune règle ne les empêche de suivre une formation et d'obtenir un permis, au besoin. Dans une province réglementée, si le traitement est fait par un acupuncteur agréé et que cette personne est également médecin, cette dépense est admissible au remboursement en vertu du Régime de soins de santé de la fonction publique ».

Dans sa réponse, le Conseil du Trésor conclut en indiquant que « les intervenants du Régime surveillent de façon continue les changements et les tendances de l'industrie des assurances offertes par un employeur aux fins de considération ultérieure. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer