Bilinguisme: des efforts insuffisants chez Air Canada

Dans un rapport déposé mercredi, le commissaire Graham... (Adrian Wyld, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Dans un rapport déposé mercredi, le commissaire Graham Fraser estime que les efforts du transporteur aérien sont insuffisants.

Adrian Wyld, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Encore une fois, le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser, pointe du doigt Air Canada qu'il accuse de ne pas faire suffisamment d'efforts pour se conformer à la Loi sur les langues officielles.

Dans un rapport déposé mercredi, il constate que presque toutes les recommandations faites au transporteur aérien en 2011, sauf une, n'ont pas ou peu été mises en oeuvre.

M. Fraser recommande fortement à Air Canada de se doter dans les plus brefs délais de mécanismes adéquats de suivi et d'établir des normes de prestation de services conformes à la Loi.

«Il n'y a aucune mention des responsabilités en matière des langues officielles des directeurs dans les aéroports, des gestionnaires à tous les niveaux dans les aéroports, des directeurs de bord, des agents de bord ainsi que des agents principaux et des agents, ventes et services clientèle», estime le commissaire en ciblant les aéroports d'Halifax, Toronto, Winnipeg et Vancouver pour les services au sol, et celui de Montréal pour les services en vol.

Selon lui, les faits et gestes quotidiens des directeurs et des gestionnaires clés d'Air Canada oeuvrant dans les aéroports ont des répercussions directes sur l'utilisation des deux langues officielles en milieu de travail.

L'examen fait par le Commissariat a révélé qu'aucune analyse exhaustive de la représentation des employés de première ligne aux aéroports n'avait été faite et que le transporteur n'a pas déterminé le nombre requis d'employés pour offrir, en tout temps, des services de qualité égale en français et en anglais.

De plus, les employés n'étaient pas au courant que l'offre active de services bilingues en personne est une exigence de la Loi. Ils ont aussi indiqué ne pas être évalués en matière de langues officielles.

«Il ne semble pas y avoir de conséquence pour le personnel qui ne se conforme pas aux obligations de l'institution visées par la partie IV de la Loi sur les langues officielles», indique le commissaire.

Air Canada a réagi à la publication de ce rapport en indiquant que ses clients sont généralement très satisfaits de la capacité de la société aérienne à offrir des services en anglais ou en français, selon un sondage mené par Ipsos Reid plus tôt cette année auprès de plus de 2 600 personnes. La majorité des clients interrogés, 56% du côté anglophone et 57% du côté des francophones, ont souligné qu'ils trouvaient qu'Air Canada avait amélioré sa prestation de services bilingues depuis un an.

«Les commentaires de nos clients sont encourageants, a fait valoir Arielle Meloul-Wechsler, vice-présidente Ressources humaines, et co-championne des langues officielles à Air Canada. «Nous avons travaillé pendant de nombreuses années à améliorer sans cesse notre prestation de services bilingues et nous continuerons à le faire dans l'intérêt de nos clients.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer