Concert d'éloges régionales pour John Baird

Le départ John Baird représente une grosse perte... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le départ John Baird représente une grosse perte pour le gouvernement, ont reconnu des élus de tous les partis, mardi, aux Communes.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La démission du ministre John Baird a pris tous les parlementaires par surprise, incluant les députés de la région qui ont rendu hommage à un politicien «passionné» et «attentif» qui a fait de la politique pour changer les choses.

Le député néo-démocrate d'Ottawa-Centre, Paul Dewar, s'est dit sous le choc lorsqu'il a appris la démission de son «ami» et adversaire politique conservateur. Il lui a rendu hommage en Chambre, après l'annonce de sa démission.

«Ne vous méprenez pas, j'ai une longue liste de désaccords avec le ministre. Mais c'est ça, la politique: faire avancer des idées et de les présenter de la meilleure manière possible», a rappelé le député Dewar.

Pour le député Dewar, le ministre Baird laissera sa marque à l'échelle internationale, notamment dans le dossier de la violence sexuelle en Irak et la discrimination basée sur l'orientation sexuelle des personnes.

«J'ai été surprise comme tout le monde. Il était très ouvert aux discussions et nous avons eu plusieurs rencontres, a indiqué la députée néo-démocrate de Hull-Aylmer, Nycole Turmel. Malgré son approche d'ouverture, j'ai été déçue lorsqu'il a refusé aux maires de Gatineau et d'Ottawa d'avoir un siège au conseil de la CCN et lorsqu'il a dit non pour notre proposition au sujet du parc de la Gatineau. Il avait une approche différente. Il écoutait, mais à la fin, la réponse était souvent non.»

«J'étais souvent en désaccord avec lui sur le plan politique, notamment au sujet du Musée des sciences et de la technologie. Ce n'était pas la bonne décision. Mais je dois avouer qu'il était attentif et il faisait un suivi à nos demandes notamment des dossiers venant de nos bureaux. Il avait une façon de faire qui lui permettait d'avoir de bonnes relations avec tous les députés», a souligné le député libéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger.

Son collègue conservateur Royal Galipeau a été tout aussi surpris du départ de M. Baird, qu'il avait connu avant son arrivée aux Communes. «Je le trouvais affable et trop partisan. Par la suite, je pense qu'il s'est servi de ses propres observations pour sortir de cette carapace. Il est ensuite devenu un conseiller important au G7. En ce sens, il a très bien servi son pays», a-t-il commenté. «Sur le plan régional, il était très attentif à mes demandes pour le secteur Orléans. Et je vous dirais que si les compressions budgétaires ont été faites de façon plus humanitaire que ce qui a été fait il y a vingt ans sous un autre régime, c'est en bonne partie grâce à lui».

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a quant à lui salué la carrière du ministre Baird, l'un de ses adversaires politiques les plus acharnés au fil des ans.

«Nous n'avons pas toujours été en accord sur certains enjeux, mais j'admire le fait qu'il a toujours défendu vigoureusement les intérêts de sa communauté», a commenté M. Watson. M. Watson a rappelé comment M. Baird a contribué à l'essor d'Ottawa, grâce notamment au soutien financier du gouvernement fédéral dans plusieurs projets locaux, dont récemment pour le réaménagement du Centre national des arts et du Centre Shaw.

«Il a aussi été un très bon ministre des Affaires étrangères», a-t-il dit avant de lui souhaiter bonne chance dans ses futures activités.

- Avec Jean-François Dugas

Partager

À lire aussi

  • Valérie Lessard | Goodbye, M. Baird

    Valérie Lessard

    Goodbye, M. Baird

    John Baird a dit au revoir à la politique, mardi, comme il avait déjà fait imprimer certaines de ses cartes de visite de ministre des Affaires... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer