Une limite de vitesse de 40 km/h sous étude en Ontario

La limite de vitesse pourrait passer de 50... (Archives, LeDroit)

Agrandir

La limite de vitesse pourrait passer de 50 à 40 km/h dans les quartiers résidentiels.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'Ontario amorcera sous peu des consultations publiques en vue de possiblement réduire la limite de vitesse standard au sein des municipalités de 50 à 40 km/h.

De passage à Ottawa jeudi, le ministre des Transports, Steven Del Duca, a confirmé que cette possibilité serait évaluée sous tous ses angles au cours des prochains mois. « Plusieurs municipalités, comme Kingston et Ottawa, nous ont implorés de commencer ses consultations parce qu'il existe des inquiétudes à ce chapitre [...] Elles nous permettront de déterminer la meilleure option, du statu quo à diverses autres possibilités afin d'aider les municipalités à traiter cette question de manière économique. »

« Je ne veux pas entamer ces consultations avec des idées préconçues quant au résultat, reprend le ministre. Je veux entendre les opinions des gens qui seront les plus touchées par cette décision. Nous gardons donc l'esprit ouvert. »

Cette vaste consultation fait suite à une initiative du député d'Ottawa-Centre, Yasir Naqvi, qui a proposé l'an dernier de modifier le Code de la route pour limiter la vitesse dans les quartiers résidentiels. Pour l'heure, la limite de vitesse est de 50 km/h en Ontario lorsqu'il n'y a pas de panneaux de signalisation.

« Cet enjeu me parvient régulièrement aux oreilles de la part des résidents. De plus, des études démontrent qu'une réduction de la limite de vitesse de 10 km/h réduit de façon importante le nombre d'accidents et le nombre de décès », soutient M. Naqvi.

Le député ajoute que l'une des options possibles est de laisser les villes déterminer la limite de vitesse appropriée pour une route quelconque sur leur territoire. Cette possibilité est actuellement permise, quoique plusieurs étapes doivent être franchies pour en arriver à cette fin. Une municipalité doit notamment assumer les coûts au changement de signalisation. Ottawa avait flirté avec cette idée en 2009, mais la facture, 5 millions $, avait ralenti leurs ardeurs.

« Aujourd'hui, nous voulons simplifier ce processus », a souligné M. Naqvi.

Le maire Jim Watson se dit ouvert à une telle modification.

« Je crois que c'est une bonne idée [...] Trop souvent, il y a des véhicules qui circulent à 60 ou 70 km/h dans un quartier résidentiel. »

Tout changement surviendrait d'ici un an, selon le ministre Del Duca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer