Anciens Combattants Canada cherche des renforts

Les critiques au sujet des services offerts aux... (PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Les critiques au sujet des services offerts aux vétérans par Anciens combattants Canada ont fusé de toutes parts au cours des derniers mois.

PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Critiqué à maintes reprises sur la place publique pour avoir trop sabré dans son personnel et les services offerts aux vétérans, le ministère des Anciens combattants a finalement décidé de demander des renforts.

Le ministère a mis en ligne lundi un avis de recherche pour combler des postes d'agents de service aux clients dans 46 localités à travers le pays, dont Ottawa et Gatineau. Ces postes d'agents de services de première ligne devront être comblés «dès que possible». Le salaire varie entre 45886$ et 63153$.

Dans un deuxième avis, des postes «de gestionnaires de cas» sont disponibles pour 36 localités, incluant Ottawa et Gatineau, avec des salaires variant entre 61614 et 81566$. Dans les deux avis, le nombre de postes reste «à être déterminé».

Par ailleurs, un troisième avis a été lancé, cette fois par la Défense nationale, pour combler dix postes de «travailleur social», qui doivent être comblés dès que possible également. À noter que l'avis précise que les emplois sont répartis en 24 localités, incluant Ottawa.

Des critiques

Les critiques au sujet des services offerts aux vétérans par Anciens combattants ont fusé de toutes parts au cours des derniers mois. Dans son dernier rapport, déposé le 25 novembre dernier, le Vérificateur général avait révélé qu'un vétéran sur cinq devait attendre plus de huit mois avant d'avoir le feu vert pour accéder à des soins de santé mentale répondant à ses besoins. Il avait alors souligné que le ministère des Anciens combattants devait faire plus pour surmonter les obstacles qui ralentissent l'accès des vétérans aux services et prestations.

Quelques jours avant le dépôt de ce rapport, le Syndicat des employés des Anciens combattants-AFPC, avait dénoncé la pénurie de personnel à Anciens Combattants Canada, le nombre de dossiers pouvant atteindre entre 750 et 1200 par agent au service à la clientèle. Un moratoire immédiat sur les compressions et une évaluation indépendante de la situation avaient été réclamés par l'AFPC.

Selon les données du Conseil du Trésor, le ministère a perdu l'équivalent de 900 postes à temps plein entre 2011 et la mi-2014, une diminution de 24,6% des effectifs. Plus de 1255 employés ont reçu un avis d'employé touché par les compressions budgétaires depuis le 1er avril 2012.

À travers le pays, la fermeture de neuf bureaux d'Anciens combattants Canada a été décriée à plusieurs reprises par l'AFPC et plusieurs groupes de défense des anciens combattants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer