Fraser et Boileau déposent un rapport conjoint

Graham Fraser et François Boileau... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Graham Fraser et François Boileau

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Toute politique et tout programme du gouvernement fédéral ou d'une province en matière d'immigration «doit inclure une perspective francophone» pour assurer la pérennité du fait français au pays.

C'est ce qu'ont plaidé mardi le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser et le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, présents à l'Université d'Ottawa lors du dépôt d'un rapport conjoint portant sur l'immigration francophone en milieu minoritaire.

«Quelque 250 000 immigrants arrivent au Canada chaque année. Même s'il s'agit d'une immigration considérable, les communautés francophones en milieu minoritaire ont bénéficié très peu d'afflux de nouveaux arrivants. Notre portrait linguistique doit changer à l'instar des changements dans la société canadienne. Et nos pratiques doivent s'adapter en conséquence. Ceux et celles qui créent ces politiques doivent donc refaire l'image de la société dans laquelle nous vivons», a fait valoir M. Fraser.

Pour se faire, les deux commissaires linguistiques ont formulé huit recommandations pour guider les gouvernements des deux paliers afin d'améliorer l'immigration francophone en milieu minoritaire. «Le geste d'immigration est un geste qui se fait au Canada, pas (strictement) au fédéral ni au provincial [...] Les immigrants sont acceptés par le fédéral, mais il y a un rôle pour la province. On ne peut pas s'attendre à ce que les immigrants arrivent à titre d'experts dans nos juridictions constitutionnelles», a rappelé M. Fraser.

Pour l'heure, seulement 2% des nouveaux arrivants francophones s'installent hors Québec alors que le fédéral vise une cible de 4%. De son côté, l'Ontario souhaite atteindre le cap de 5%, soit l'équivalent du nombre de Franco-Ontariens.

Groupe d'experts

Parmi leurs recommandations, MM. Fraser et Boileau suggèrent au ministère des Affaires civiques, de l'Immigration et du Commerce international de l'Ontario de se doter d'un groupe d'experts durant la prochaine année.

«Son rôle serait notamment d'élaborer une stratégie globale pour favoriser la promotion, le recrutement, l'accueil, la formation, l'intégration et la rétention des immigrants francophones. Ce groupe d'experts serait aussi chargé de mettre sur pied un plan stratégique pangouvernemental, assorti d'un échéancier précis, visant à atteindre la cible de 5% d'immigration francophone», a expliqué M. Boileau.

Les sept autres suggestions sont destinées au fédéral. Une de celles-ci vise à élaborer des outils et incitatifs «durables» à l'intention des employeurs canadiens pour favoriser le recrutement de nouveaux arrivants francophones ou bilingues.

«Il faut veiller à ce que les nouveaux arrivants d'expression française soient orientés vers les communautés et les institutions francophones, a insisté M. Fraser. La survie de notre dualité linguistique dépend en grande partie d'un environnement linguistique cohérent.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer