Acte «terroriste» d'Ottawa: Mulcair continue à se montrer prudent

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair... (Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair

Adrian Wyld, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne

Quoi qu'en disent le secrétaire d'État américain, John Kerry, et le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair refuse de qualifier d'acte terroriste la fusillade survenue à Ottawa il y a une semaine.

À la sortie du caucus de son parti, mercredi, il a déclaré qu'il était trop tôt pour tirer cette conclusion, soulignant que le tireur qui a fait irruption dans l'édifice du Centre avait vraisemblablement des problèmes de santé mentale.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a souligné dimanche soir que l'assassin du caporal Nathan Cirillo était animé par des motifs «idéologiques» et «politiques», la police fédérale parlant elle aussi d'acte «terroriste».

La GRC a dévoilé son analyse dans un communiqué après avoir visionné une vidéo que Michael Zehaf Bibeau avait tournée de lui-même avant de semer la terreur à Ottawa, mercredi dernier.

Thomas Mulcair a fait remarquer qu'il préférait malgré tout s'abstenir d'utiliser le terme «terroriste», faisant remarquer qu'il n'avait pas vu la vidéo en question, contrairement à la GRC.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a tenu ces propos en point de presse dans le hall d'honneur de l'édifice du Centre, devant la porte de la salle du caucus néo-démocrate, qui a été trouée d'une balle mercredi dernier.

Mardi, alors qu'il était en visite officielle à Ottawa, le secrétaire d'État John Kerry a déclaré sans ambages que l'attaque de la semaine dernière était un acte terroriste, abondant dans le même sens que son hôte, John Baird, et du gouvernement de ce dernier.

Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, loge à la même enseigne que les conservateurs à ce chapitre, disant faire confiance à l'analyse des forces policières.

«La GRC a été claire: il s'agissait d'actes terroristes. Il s'agissait d'actes terroristes», a-t-il tranché en point de presse mercredi en début d'après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer