Hommage à Kevin Vickers sur la colline parlementaire

Kevin Vickers a reçu des applaudissements nourris et... (PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Kevin Vickers a reçu des applaudissements nourris et une accolade du premier ministre Stephen Harper à la reprise des travaux de la Chambre des communes, jeudi.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Paul Gaboury
Le Droit

La Chambre des communes a repris ses activités, jeudi, et c'est par une longue ovation qu'a été accueilli le sergent d'armes du parlement, Kevin Vickers, l'un de ceux qui ont ouvert le feu sur l'auteur de la fusillade de mercredi.

Le sergent d'armes Vickers avait l'air particulièrement ému de cet hommage, rendu par tous les députés, qui l'ont salué par de chaleureux applaudissements.

Puis, lors d'un moment de silence, ils ont rendu hommage aux victimes et à tout ceux qui ont risqué leur vie lors de l'attentat de la veille au parlement.

Les députés ont aussi démontré leur solidarité en applaudissant à tout rompre chacun des chefs de parti à la fin de leur allocution. Les chefs ont tour à tour souligné qu'il n'était pas question pour eux d'arrêter les travaux de la Chambre des communes.

«Nous ne nous laisserons pas intimider», a déclaré le premier ministre Harper, qui a salué les gestes de bravoure de la veille. Il a aussi souligné que de nombreuses personnes avaient vécu un stress important tout au long de cette journée. Il a remercié les chefs de gouvernement du monde entier qui l'ont appelé depuis l'attentat tragique de mercredi.

Le caporal Nathan Cirillo, un réserviste de Hamilton, a été tué sur les marches Monument commémoratif du guerre, où il effectuait une garde d'honneur, mercredi matin.

Le suspect a ensuite filé vers la colline du Parlement, où il a été abattu dans une fusillade dans l'édifice du Centre.

Le tireur, Michael Zehaf Bibeau, né en 1982, était connu des services policiers de Montréal et de Vancouver. Il a été tué à quelques mètres de l'endroit où des centaines de députés étaient réunis pour leurs réunions hebdomadaires du caucus.

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a posé un geste remarqué en traversant la Chambre pour aller donner une accolade au premier ministre Stephen Harper. Il s'est ensuite dirigé pour saluer le chef Justin Trudeau, et le sergent d'armes Vickers.

Le retour «à la normale»

Jeudi matin, Ottawa reprenait peu à peu son souffle alors que les employés fédéraux reprenaient le travail. 

Sur la colline parlementaire, les activités reprenaient progressivement leur cours normal pour les parlementaires, les employés et les journalistes.

La sécurité a été relevée et les vérifications sont accrues à l'entrée de la colline où il faut montrer une carte d'accès officielle.

L'accès aux visiteurs n'est plus possible, alors que plusieurs policiers montent la garde à l'entrée tout au long de la clôture entourant la colline parlementaire.

Pour de nombreux employés de la colline parlementaire, la journée de mercredi restera un mauvais souvenir qui restera gravé longtemps dans leur mémoire.

Plusieurs employés parlaient entre eux des événements mais ils avaient visiblement hâte de passer à autre chose. Dans l'autobus vert qu'empruntent les parlementaires et les employés, la tension de la veille était encore palpable. Les gens avaient les traits tirés.

À l'intérieur, les applaudissements des députés présents, dans le même corridor où avaient eu lieu les événements de la veille, avaient remplacé les bruits des armes à feu.

Au troisième étage, dans la salle de presse qui se trouve tout près de l'endroit où la fusillade a eu lieu, les journalistes avaient regagné leur place.

La poignée de la porte pour y entrer avait été arrachée par les policiers, seul signe apparent des événements tragiques de la veille.

Une quinzaine de personnes, employés et journalistes, se trouvaient dans la salle de la presse au troisième étage au moment où l'attentat a eu lieu.

Un des journalistes présents, qui se trouvait près de la passerelle surplombant les événements, nous a raconté avoir entendu un coup de feu, puis est aussitôt entré dans la salle pour dire que ce n'était pas un bruit de construction.

À peine 30 minutes après les événements, ils ont pu être évacués par une fenêtre située derrière l'immeuble, de laquelle ils ont pu descendre grâce à une échelle.

Le groupe a été escorté par des gardes armés à l'extérieur et a été dirigé jusqu'au Château Laurier.

Selon les informations recueillies, les personnes qui sont restées confinées à l'intérieur pendant cette longue journée ont pu avoir de la nourriture de la cafétéria située au 5e étage. À un certain moment, les provisions ont été épuisées et c'est le restaurant au 6e étage qui aurait été mis à contribution.

Live Blog Attentat à Ottawa: hommage aux Communes
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer