La situation n'a pas reculé

Langues officielles: le gouvernement Harper a fait «un effort», dit Fraser

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham... (Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le commissaire aux langues officielles du Canada, Graham Fraser.

Adrian Wyld, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le commissaire aux langues officielles Graham Fraser estime que la situation du bilinguisme n'a pas nécessairement reculé au cours de la dernière année en raison des compressions du gouvernement Harper, qui a fait «un effort» de ne pas cibler directement les programmes des langues officielles.

Toutefois, le commissaire Fraser dit avoir constaté, en déposant mardi son huitième rapport annuel, que certaines institutions fédérales n'ont pas respecté leurs obligations linguistiques en réduisant à la baisse les exigences linguistiques de certains postes. Il recommande d'ailleurs une meilleure formation qui mette davantage l'accent sur les langues officielles au sein de la fonction publique fédérale.

En conférence de presse, le commissaire a mentionné qu'il ne pouvait étudier l'impact de ces compressions sur tous les ministères fédéraux, une tâche qui serait colossale, et qu'il doit porter un jugement à partir des enquêtes menées par son bureau à la suite de plaintes et des bulletins de rendement.

«Il y a eu un effort du gouvernement de ne pas cibler les programmes de langues officielles. Évidemment, il y a des programmes qui ont payé un certain prix. Mais quand les compressions ne sont pas gérées selon les obligations linguistiques, il y a des ratés. C'est pour cela qu'il faut des consultations pour évaluer l'impact de ces coupures», a déclaré le commissaire Fraser.

À la suite des réductions annoncées lors du budget 2012, le commissaire avait émis de sérieuses inquiétudes sur l'impact de ces économies de 4 milliards $ prévues avant 2015-2016. Un total de 23 plaintes ont été reçues selon lesquelles les décisions d'institutions en vue de réduire le déficit ont eu des répercussions négatives sur la dualité linguistique. Ces plaintes ont mené à huit enquêtes.

«Il ressort des enquêtes que l'examen budgétaire de plusieurs institutions fédérales n'a pas été mené en tenant compte de l'ensemble de leurs obligations en vertu de la partie VII de la Loi. Cinq institutions ont négligé de prendre compte des réalités des communautés de langue officielle et d'évaluer les répercussions possibles sur leur vitalité. Ce non-respect a souvent des effets à long terme qui sont généralement difficiles à renverser», a indiqué le commissaire Fraser.

Par ailleurs, les sept institutions fédérales qui ont fait l'objet d'un bulletin de rendement en 2013-2014 ont soit maintenu ou amélioré leurs notes depuis leur évaluation précédente, en particulier Statistique Canada et VIA Rail, qui se sont distingués par leur rendement global exemplaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer