La Petite-Nation au point critique

Le niveau de la rivière Petite-Nation inquiète de... (Benoit Sabourin, Le Droit)

Agrandir

Le niveau de la rivière Petite-Nation inquiète de plus en plus les résidents et les autorités de Saint-André-Avellin, municipalité qui a décrété l'état d'urgence plus tôt cette semaine.

Benoit Sabourin, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Au lendemain du décret officiel de l'état d'urgence, Saint-André-Avellin était toujours sur le qui-vive au moment d'écrire ces lignes, vendredi soir, alors que le niveau de l'eau de la rivière Petite-Nation était sur le point d'atteindre son point critique.

« Nous allons atteindre le peak en fin de soirée ou durant la nuit et après la situation devrait se stabiliser à moins d'un imprévu majeur. Si Dieu le veut, on peut s'attendre à ce que le niveau commence à baisser dimanche ou lundi, mais ça reste à voir », a indiqué au Droit Pierre Cousineau, coordonnateur des mesures d'urgence pour la municipalité de Saint-André-Avellin.

La crue printanière accentuée par la pluie et la fonte des lacs du nord a fait monter le niveau de la rivière à 7,11 pieds au-dessus de la normale, vendredi en fin d'après-midi. Le secteur était toujours considéré en état d'inondation moyenne. Au pire de l'inondation en 2008, le seuil de 8,4 pieds avait été atteint dans le village. M. Cousineau s'attendait vendredi soir à ce que ce record soit dépassé. La situation demeurait toutefois sous contrôle.

« On croyait qu'on atteindrait un débit de 181 mètres cubes mais on sait qu'on ne l'atteindra finalement pas ce qui est une bonne nouvelle. Nous étions à 150 mètres cubes en après-midi », a souligné le coordonnateur.

Au niveau des résidences évacuées à Saint-André-Avellin, le nombre demeurait toujours à 10. Une dizaine d'autres maisons étaient également partiellement inondées, mais les gens n'avaient pas déserté. Les rues Calvé et du Ruisseau demeurent encore complètement fermées, tout comme des sections importantes des rues St-Jacques, Lanthier et Nault. La rue Principale demeure ouverte à la circulation. 

« Les gens qui avaient à être relocalisés, tout ça a été fait. Les gens qui sont restés dans leur demeure, on les surveille en tout temps et nous allons leur rendre visite pour voir si tout est correct. Ils ont un accès à notre ligne directe d'urgence », précise le coordonnateur.

Par ailleurs, toujours dans la Petite-Nation, Duhamel, Ripon, Montpellier, Plaisance et Mayo sont toujours aux prises avec des débordements. À Duhamel, la municipalité rapporte plusieurs propriétés inondées dont quatre d'entre elles sont domiciliées. Les résidents concernés ont été pris en charge par la sécurité civile. En ce qui concerne les voies routières, une partie du chemin du Lac Gagnon Est était toujours submergé, mais demeurait accessible. On s'attend pour ce secteur à ce le niveau de l'eau soit stabilisé en début de semaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer