La gestion du club de golf Héritage est dans un flou

Le club de golf Heritage à Notre-Dame-de-la-Paix... (Courtoisie)

Agrandir

Le club de golf Heritage à Notre-Dame-de-la-Paix

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'avenir du club de golf Héritage, à Notre-Dame-de-la-Paix, est actuellement en suspens alors que les actionnaires de l'entreprise sont en attente de la décision d'un régisseur qui doit trancher sur la question.

Jugeant le club de golf Héritage et son auberge « non rentable », la Banque de développement du Canada a usé de son droit de rappeler son prêt si bien que les actionnaires et l'institution financière sont passés devant le Tribunal de la faillite le 7 février dernier pour faire valoir leurs arguments, confirme l'un des administrateurs de l'entreprise, Gaétano Rossi, qui affirme que le golf n'est pas en faillite contrairement aux rumeurs circulant depuis déjà quelques semaines dans la Petite-Nation.

L'entreprise dont les opérations sont arrêtées depuis environ deux mois se retrouve plutôt en défaut de paiement auprès de la BDC, mais M. Rossi n'a pas voulu divulguer de montant. Les dernières saisons n'ont pas été faciles au point de vue financier en raison de l'achalandage à la baisse, souligne ce dernier.

L'objectif demeure de maintenir le golf et l'auberge en activité, assure-t-il. Toutefois, le groupe d'actionnaires présidé par le propriétaire Michael Jones doit maintenant s'en remettre à la décision du régisseur qui pourrait décider de transférer l'administration des lieux entre les mains de la BDC.

M. Rossi soutient qu'une proposition déposée en février a démontré que des économies de 100 000 $ pourraient être réalisées annuellement.

« Ce que nous avons essayé de démontrer au régisseur, c'est que nous sommes capables de sauver de l'argent en restructurant et en gérant à l'interne au lieu d'engager un directeur de l'extérieur. Maintenant, ça pourrait aller d'un bord comme de l'autre », explique l'administrateur qui espère que l'exploitation du site demeurera sous l'égide du groupe d'actionnaires locaux en place. 

L'entreprise espère qu'une décision sera rendue rapidement. Le régisseur dispose d'une période de six mois pour rendre son verdict, mais M. Rossi s'attend à ce que le jugement soit rendu sous peu.

« Nos membres attendent de voir ce qui va se passer, ce qui fait que nous n'avons pas d'injection d'argent. Ça n'aide pas la situation surtout que le printemps arrive et qu'il faudra entretenir le terrain », indique M. Rossi.

La BDC n'a pas voulu commenter le dossier, puisqu'elle doit respecter ses obligations de confidentialité. 

Quant au maire de Notre-Dame-de-la-Paix, Daniel Bock, il espère seulement que le club de golf Héritage continuera ses opérations et que la saison 2017 ne sera pas compromise à cause de la situation. « On ne peut pas se permettre que ça ferme. C'est quand même de 25 à 40 emplois sur notre territoire. Pour Notre-Dame-de-la-Paix, c'est un joyau », a-t-il commenté.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer