Non à un projet récréotouristique

La mine Wallingford-Back à Mulgrave-et-Derry.... (Benoit Sabourin, Archives Le Droit)

Agrandir

La mine Wallingford-Back à Mulgrave-et-Derry.

Benoit Sabourin, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si un promoteur souhaite transformer la mine désaffectée Wallingford-Back en site récréotouristique, il devra procéder à l'aménagement d'un chemin de contournement et convaincre la population locale du bien-fondé de son projet.

Sans surprise, le conseil municipal de Mulgrave-et-Derry a affiché ses couleurs lors de sa séance du mois de décembre en s'opposant par voie de résolution à une éventuelle mise en valeur touristique de la populaire cavité rocheuse qui a fait l'objet d'un engouement sans précédent de la part de visiteurs l'été dernier.

La possibilité de dénicher un promoteur pour développer un centre d'interprétation à l'intérieur de la mine avait été évoquée au cours de l'automne par les Amis de la mine Back, un regroupement de sauvegarde qui milite pour éviter la démolition des lieux.

Sécuriser la mine

Les élus de Mulgrave-et-Derry demandent au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles (MERN) « de sécuriser la mine de façon définitive, par une clôture qui fonctionne correctement ou toute autre méthode jugée nécessaire et qui empêchera adéquatement l'entrée du public dans la mine 365 jours par année ».

« À cause des problèmes de circulation et de qualité de vie pour nos citoyens, la municipalité a pris position qu'elle ne veut pas d'un projet de récréotourisme sur le terrain de la mine. La grande majorité des résidents du coin sont inquiets et ne veulent pas de projet et nous comme conseil, nous soutenons nos citoyens », explique le maire de Mulgrave-et-Derry, Michael Kane.

Ce dernier indique toutefois que la municipalité pourrait porter une oreille attentive à un éventuel promoteur qui mettrait sur la table l'option d'aménager un chemin de contournement pour accéder à la mine, afin d'éviter un flot incessant de circulation automobile dans le secteur habité. « Si cela arrive, ce sera à la population de décider », précise M. Kane.

Un plan de sécurisation de l'ancienne carrière de feldspath et quartz dans le but de limiter l'accessibilité de l'endroit au public devrait être présenté en janvier par le MERN. Un porte-parole du gouvernement du Québec laissait entendre en octobre que tout serait fait afin de ne pas compromettre une éventuelle mise en valeur du site, mais que l'option du dynamitage de la mine à piliers ne pouvait être écartée de la liste des possibilités.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer