Mines: la MRC Papineau demande plus d'autonomie

Certains projets d'exploration minière sèment l'inquiétude auprès des... (Archives, La Presse)

Agrandir

Certains projets d'exploration minière sèment l'inquiétude auprès des résidents et villégiateurs du coin.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La MRC de Papineau presse Québec pour que la Loi sur les mines soit modifiée le plus rapidement possible dans le but de permettre aux Municipalités régionales de comté de cibler et délimiter elles-mêmes les zones de leur territoire pouvant accueillir de l'activité minière.

Par voie de résolution, les 24 maires de la MRC de Papineau ont demandé mercredi soir que l'article 304.1.1 soit intégré dès que possible à l'actuelle Loi sur les mines. Celle-ci a été adoptée et sanctionnée à l'automne 2013 lorsque le Parti québécois de Pauline Marois était au pouvoir. 

Or, l'article 304.1.1, qui prévoit donner l'autonomie suffisante aux MRC pour qu'elles puissent identifier au sein de leur schéma d'aménagement les territoires incompatibles à l'exploitation minière, n'est toujours pas en vigueur.

Certains projets d'exploration minière en balbutiements dans la Petite-Nation, notamment aux abords du lac Doré, à Lac-des-Plages non loin de Duhamel, sèment depuis un moment l'inquiétude auprès des résidents et villégiateurs du coin.

Les sociétés canadiennes Lomiko Metals et Métaux stratégiques du Canada, qui possèdent des claims miniers dans ce secteur de Lac-des-Plages, ont procédé depuis 2014 à plusieurs forages afin de détecter du graphite dans le cadre de leur Projet La Loutre. 

Le maire de Duhamel, David Pharand, soutient que le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles a intérêt à trancher rapidement. 

«On demande au ministre et au gouvernement de bien vouloir accélérer et déposer les orientations pour que nous ayons le pouvoir de déterminer les usages conflictuelles sur chacun de nos territoires. 

Dans le cas du projet Projet La Loutre, on parle d'un projet situé à 800 mètres d'un lieu habité. Ça me semble évident que c'est conflictuel en terme de pollution sonore et atmosphérique, sans parler des déplacements routiers. On doit avoir le pouvoir d'agir et c'est qu'on demande au gouvernement», a affirmé le maire Pharand.

Celui-ci a souligné que le conseil de Duhamel songeait également à demander au ministre d'user de son pouvoir discrétionnaire pour intervenir dans certains dossiers spécifiques. 

«Il y a des millions de dollars d'investis par les promoteurs qui pourraient être perdus. De là l'urgence pour le gouvernement d'agir», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer