La mine de Mulgrave-et-Derry pourrait être dynamitée

Jadis l'un des plus grands sites d'extraction de... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Jadis l'un des plus grands sites d'extraction de quartz et feldspath au Canada de 1924 à 1972, la mine Wallingford-Back a toujours attiré les curieux à Mulgrave-et-Derry.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marquée par une flambée de popularité sans précédent depuis les derniers mois, la mine Wallingford-Back, à Mulgrave-et-Derry, pourrait être réduite en poussières dans un avenir rapproché afin rendre les lieux inaccessibles au public une bonne fois pour toutes.

Selon les informations qui ont circulé mercredi soir autour de la table du conseil des maires de la MRC Papineau, le ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles (MERN) du Québec, propriétaire du fonds de terre du pittoresque site situé à une vingtaine de minutes en voiture au nord de Buckingham, songe fortement à faire dynamiter la coupole de la mine désaffectée afin de rayer définitivement celle-ci de la carte. 

L'autre option mise de l'avant par Québec serait de transformer l'ancienne carrière du chemin de la Mine en projet récréotouristique. Un ultimatum de la part du ministère a été donné le 12 septembre dernier à la MRC Papineau, gestionnaire des terres publiques intramunicipales de son territoire, afin que le conseil des maires rende une décision sur la question à sa réunion prévue au milieu octobre. 

Jadis l'un des plus grands sites d'extraction de quartz et feldspath au Canada de 1924 à 1972, la mine Wallingford-Back a toujours attiré les curieux à Mulgrave-et-Derry à travers les décennies. L'attrait «non-officiel» est visité à répétition par des hordes de passants qui outrepassent les clôtures interdisant son accès afin de venir admirer le décor exotique du site et de profiter de son immense paroi rocheuse et de l'eau bleuâtre qui se trouve plusieurs mètres plus bas.

Comme le révélait LeDroit en août dernier, la situation est toutefois devenue intenable ces derniers mois aux yeux des résidents du secteur et des élus de la municipalité. La multiplication de vidéos amateurs YouTube montrant le paysage enchanteur de l'endroit a notamment fait grimper en flèche l'achalandage, si bien que les routes du village se sont retrouvées embouteillées à quelques reprises durant la dernière période estivale.

Le président de la Table forêt de la MRC Papineau, Michel David, soutient que le délai imposé par le MERN pour rendre une décision est beaucoup trop court. La Table forêt, l'instance de recommandations du conseil des maires dans le dossier, suggère plutôt à Québec de sécuriser les lieux de façon temporaire pendant 12 à 24 mois afin de pouvoir prendre une décision éclairée. Une rencontre impliquant des élus et intervenants de la région est prévue le 5 octobre pour assurer un suivi.

«Ce n'est pas logique de considérer d'enclencher un projet récréotouristique en un mois sans savoir si la population locale serait en faveur d'un tel projet et sans avoir un promoteur dans notre poche. La MRC ne peut pas s'engager dans un projet sans en connaître les tenants et aboutissants. On doit nous donner plus de temps», plaide M. David.

Le maire de Mulgrave-et-Derry, Michael Kane, se dit pour sa part en faveur d'un éventuel projet touristique et affirme que la démolition de la mine devrait être un dernier recours. Il rappelle toutefois qu'une étude commandée 2005 par le CLD Papineau et visant à évaluer le potentiel de développement des aspects scientifique et historique du site n'avait pas trouvé écho auprès d'investisseurs potentiels.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer