Un nuage gris plane sur la scierie de Thurso

Le verdict vient de tomber: Québec ne donnera... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le verdict vient de tomber: Québec ne donnera pas le feu vert à l'entreprise Produits forestiers Lauzon pour qu'elle puisse accroître son approvisionnement en bois.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le refus du gouvernement du Québec d'augmenter le volume de bois de la scierie Lauzon sème de nouveau l'inquiétude à Thurso, où l'usine embauche près de 300 travailleurs.

Le verdict vient de tomber et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs ne donnera pas le feu vert à l'entreprise Produits forestiers Lauzon pour qu'elle puisse accroître son approvisionnement en bois.

En juillet 2015, Produits forestiers Lauzon avait menacé de mettre les clés dans la porte si Québec ne lui accordait pas une augmentation du volume de bois. La loi actuelle prévoit qu'une scierie ne peut conserver que 25% d'un arbre et qu'elle doit envoyer la partie restante aux papetières. 

Or, dans le cas de Lauzon, l'entreprise peut scier jusqu'à 60% de son bois à la suite d'investissements majeurs de l'ordre de 25 millions de dollars réalisés en 2007 afin d'optimiser les opérations de l'usine. En retour des investissements, le gouvernement provincial s'était engagé à l'époque à fournir un volume de bois annuel de 210 000 mètres cubes à l'entreprise. 

Selon les chiffres évoqués l'été dernier, l'approvisionnement annuel de l'usine de Thurso est de 142 000 mètres cubes de bois. L'entreprise soutenait avoir besoin de 198 000 mètres cubes par année afin de rentabiliser ses opérations.

Une entente était finalement intervenue l'été dernier entre le gouvernement et les dirigeants de l'entreprise, laquelle prévoyait que les ingénieurs forestiers mandatés par Québec se déplacent à l'usine de Thurso afin d'y analyser toute la chaîne des opérations de l'entreprise, de l'abattage jusqu'au sciage. 

«Suite à cette analyse, un rapport a été remis au Forestier en chef et au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard (devenu ministre des Transports le 20 août). Les conclusions de ce rapport indiquent qu'il n'est pas possible d'accorder un volume de bois de sciage supérieur à ce qui est présentement accordé», a indiqué mardi par courriel le bureau du député de Papineau, Alexandre Iracà.

Ce dernier n'était d'ailleurs pas disponible mardi pour commenter le dossier. Le bureau du député a fait parvenir des lignes émises par M. Iracà en réaction à la nouvelle. «Je suis extrêmement déçu des conclusions de ce rapport. Je suis tout à fait conscient que l'entreprise Lauzon est le plus gros employeur privé en Outaouais. Je tiens à assurer les travailleurs que je continuerai à travailler en collaboration avec le ministre ainsi qu'avec les dirigeants de l'entreprise pour tenter de trouver une solution au problème d'approvisionnement de la scierie Lauzon», a écrit son bureau.

Le maire de Thurso, Benoît Lauzon, se dit pour sa part extrêmement inquiet pour les quelque 300 travailleurs de l'endroit et prévoit rencontrer la députation libérale de la région rapidement. 

Celui-ci a fait parvenir une lettre d'appui à l'entreprise Lauzon au ministère, vendredi. Le maire de la Ville de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande, le préfet de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Michel Merleau et d'autres élus de la région ont notamment apposé leur signature au bas de cette lettre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer