Saint-André-Avellin vire western sous la pluie

Malgré la pluie qui a un peu ramolli... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Malgré la pluie qui a un peu ramolli le sol, les compétiteurs et leurs chevaux étaient au rendez-vous.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'organisation du Festival western de Saint-André-Avellin peut dire merci à dame Nature d'avoir déversé son temps orageux et sa grosse pluie tout juste avant l'ouverture des tourniquets de la 16e édition.

Le grand bal des cowboys et cowgirls en plein coeur de la Petite-Nation a démarré sur les chapeaux de roues, vendredi soir, autour du Complexe Whissell, à Saint-André-Avellin.

Le ciel s'est éclairci juste à temps pour l'ouverture des guichets à l'entrée du festival. Il y a bien sûr eu un peu de nuages et de pluie plus tard durant la soirée, mais rien pour véritablement venir gâcher le plaisir des personnes présentes.

Le président de l'événement, Sylvain Maheux, ne se fait plus d'illusions à propos de la météo. La pluie tombe toujours avant ou pendant la soirée d'ouverture. C'est un peu devenu une tradition. «C'est normal. C'est comme ça à chaque année», a-t-il dit, résigné.

Le coup d'envoi a été donné par le passage sur scène de la grande Lise Dion, venue livrer son plus récent spectacle Le temps qui court sous un chapiteau bondé à craquer.

Les grandes crues, ce duo féminin d'humoristes de la relève formé de Marie-Lyne Joncas et Ève Côté, a su réchauffer le public allègrement avant que la vedette de la soirée fasse son entrée sur les planches un peu avant 21h15.

«Chaque année on est ici. On vient pour les spectacles et pour rencontrer des amis. L'ambiance est vraiment spéciale», lançait Laura Corriveau au représentant du Droit, tout juste avant d'entrer sous le chapiteau avec son conjoint pour venir apprécier Lise Dion. 

Les deux festivaliers résident à Saint-Lin-Laurentides.

Au même moment, à l'autre bout du site, la compétition de tire à chevaux battait son plein dans l'arène. Malgré un sol un peu ramolli et la chute de quelques gouttelettes de pluie parsemées, les compétiteurs et leurs chevaux bien entrainés étaient fidèles au poste pour épater la galerie.

Bon départ à la billetterie

Le comité organisateur vise une fois de plus un achalandage de 100 000 festivaliers cette année. L'équipe se disait sûre d'atteindre son objectif, vendredi soir.

«La vente de billets pour la Caravane country (samedi soir) va très bien. Je pense qu'on risque d'avoir d'autres spectacles complets d'ici la fin comme pour Lise Dion. Ça reste à voir», a indiqué M. Maheux. «On va espérer avoir du beau temps pour le reste du festival. On le mérite bien pour tous les efforts qu'on donne», a ajouté le président en référence à la grisaille du moment.

À noter que Yoan débarquera sur scène samedi après-midi à 14h. Laurence Jalbert et sa Caravane country serviront le plat de résistance en soirée. Gregory Charles, Ariane Moffatt, Dan Bigras, ses invités et plusieurs autres artistes sont attendus sur scène d'ici la fin de l'événement le 24 juillet.

Plusieurs compétitions équestres, dont le populaire rodéo professionnel, seront aussi au menu ces prochains jours à Saint-André-Avellin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer