Paulette Lalande réélue une huitième fois

La préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

La préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Réélue préfète de la MRC Papineau pour un huitième mandat lors de la dernière séance du conseil des maires, Paulette Lalande promet qu'elle livrera la marchandise pour son dernier droit à la tête du gouvernement régional.

La mairesse de Plaisance ne sollicitera pas un autre mandat au municipal en novembre 2017, ce qui n'est pas une nouvelle en soit. Mme Lalande affiche ouvertement depuis qu'elle a été réélue à la fin 2013 qu'elle ne sera pas de retour dans la course aux prochaines élections.

Pour une première fois depuis qu'elle tient les rênes de la MRC, l'élue faisait face à de l'opposition lors de l'élection du préfet. Benoît Lauzon, maire de Thurso, a aussi mis sa candidature dans le chapeau. Les premiers magistrats de Papineau ont cependant décidé d'opter pour le statu quo en accordant leur confiance à Mme Lalande qui occupe le siège depuis 14 ans.

Ce vote de confiance vient évidemment avec une certaine pression. La préfète ne le cache pas, le démarrage du Parc industriel régional vert de Papineau (PIRVP) demeurera au sommet de sa liste de priorités d'ici à ce qu'elle quitte la scène politique. 

Le projet de 4,5 millions de dollars visant à raccorder les infrastructures d'aqueduc et d'égouts de la Ville de Thurso à l'immense site du PIRVP afin d'attirer une première vague d'entrepreneurs devra se concrétiser dans les mois à venir. 

La MRC Papineau est prête à investir la moitié des sommes, mais Québec et Ottawa ont aussi un rôle important à jouer, clame Mme Lalande, en entrevue.

«Il faut absolument que ça débloque cette année. Il nous faut les sommes d'argent du gouvernement pour que le parc prenne son élan et c'est mon travail de faire pression pour les avoir», explique-t-elle. À ce sujet, Mme Lalande soutient avoir récemment eu des pourparlers sur de possibles subventions avec des représentants des ministères des Affaires municipales, du Développement économique, des Petites et Moyennes Entreprises de même qu'avec celui de l'Environnement. «Je suis très optimiste et je m'attends à ce qu'on reçoive une réponse assez rapidement», dit-elle.

La première phase du projet, lancée en juin 2015, a permis la mise en marché d'une vingtaine de terrains au sud du rang 5, à Thurso. Aucune entreprise ne s'est toutefois encore installée sur le site.

En dehors du projet du PIRVP, Mme Lalande souhaite aussi régler la problématique récurrente des pannes d'électricité qui surviennent depuis déjà plusieurs années à certains endroits sur le territoire de la MRC. 

Une rencontre avec des dirigeants d'Hydro-Québec est prévue à ce sujet en août.

«On a beaucoup de commerces qui subissent les impacts de ces pannes, surtout dans le nord comme à Namur ou à Notre-Dame-de-Bonsecours. S'il y a des investissements majeurs à faire dans le réseau, il faut que ce soit fait», martèle l'élue.

Cette dernière compte également poursuivre sa lutte pour que les stations-service localisées au nord de la Petite-Nation aient aussi accès au programme de réduction de la taxe sur l'essence destiné aux régions frontalières avec l'Ontario. 

En charge du développement économique depuis l'abolition des CLD l'an dernier, la MRC Papineau devra aussi se doter d'orientations en la matière dans un futur rapproché. 

Une journée de consultation concernant l'élaboration d'un plan d'action aura d'ailleurs lieu le 10 septembre prochain. «Il faut développer des bonnes bases de confiance, de respect et surtout de communication avec nos entrepreneurs», note Mme Lalande.

«Ce sont les quatre dossiers que je veux régler avant de partir. C'est mon objectif et généralement quand j'ai un objectif, je l'atteins», d'affirmer l'élue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer