La petite histoire d'une dame et son gîte

De 1989 à 2012, le gîte touristique Au... (Archives LeDroit)

Agrandir

De 1989 à 2012, le gîte touristique Au fils des ans, à Papineauville, a été une véritable institution au coeur du village.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De 1989 à 2012, le gîte touristique Au fils des ans, à Papineauville, a été une véritable institution au coeur du village. Aujourd'hui, Hélène Auger, la fille de la fondatrice de l'endroit et propriétaire des lieux jusqu'au printemps 2000, raconte en 77 pages la fabuleuse histoire d'une dame et de son rêve.

Au fil des ans: le rêve de Réjeanne Montpetit est un manuscrit léger, concis et bien vivant, agrémenté par des photos. Un bref amalgame qui permet au lecteur de découvrir un élément central du patrimoine bâti de Papineauville, de même que le personnage qui l'a animé pendant un peu plus d'une décennie.

Amorcé comme un projet personnel, le livre a pris une tournure inattendue depuis sa parution, en février dernier. Le petit bouquin publié à compte d'auteur, et dont le thème principal a inspiré une toile à l'aquarelliste bien connu de la région Jean-Yves Guindon, a trouvé preneur auprès de plus d'une centaine de personnes, presque immédiatement après être sorti des presses. Une troisième impression de 130 nouveaux exemplaires est en cours, soutient l'auteure.

«J'écrivais pour moi-même. Je ne savais même pas que je publierais quand j'ai commencé à écrire. Je trouvais que c'était une belle histoire et que le livre permettrait de garder un bon souvenir de ma mère pour les gens autour de nous», raconte Hélène Auger.

Du rêve à la réalité

Depuis sa tendre enfance, Réjeanne Montpetit avait toujours espéré habiter un jour dans la grande maison ancestrale blanche qu'elle pouvait contempler à partir de la demeure familiale, à Papineauville. Mieux vaut tard que jamais: en 1988, l'occasion d'acheter le «petit manoir» de 21 pièces s'est présentée à la dame, qui était à ce moment âgée de 55 ans. 

Elle a fait l'achat de la maison ancestrale du 228, rue Duquette, et y a ouvert le premier gîte du village en mai 1989, après avoir rafraîchi les lieux en prenant soin de ne pas bousiller le cachet architectural de la résidence.

Le bâtiment construit en 1853 pour le marchand de bois Stephen Tucker a servi à travers les décennies de bureau de poste, de magasin et de maison, entre autres, avant de passer aux mains de la native d'Orléans.

De mai 1989 à mai 2000, Mme Montpetit a accueilli des touristes étrangers, des travailleurs de passage dans la région et une manne assez éclectique de passants.

«Je réalise en lisant le livre que c'était plus gros que je pensais. Les gens avaient peur pour moi, mais j'avais décidé de foncer», lance la dame aujourd'hui âgée de 83 ans.

Avec son ouvrage, Hélène Auger espère avoir créé l'archive ultime d'un symbole patrimonial de Papineauville. Le souhait de l'ex-fonctionnaire est aussi - et surtout - de lancer un message aux lecteurs.

«Il y a beaucoup de gens qui s'empêchent de réaliser leurs rêves. Quand tu sèmes des graines, il y a des choses qui se produisent et des opportunités qui se présentent. Pour ma mère, c'est le gîte qui a été son plus grand accomplissement», dit-elle.

Le récit est disponible au Centre d'action culturelle de la MRC Papineau, à Saint-André-Avellin, chez BuroPlus à Gatineau, ainsi que chez Renaud-Bray.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer