Ripon misera sur l'écotourisme

Le conseil municipal de Ripon reste ouvert à... (Archives LeDroit)

Agrandir

Le conseil municipal de Ripon reste ouvert à ce que des entreprises d'hébergement ou de restauration s'installent dans le parc des Montagnes Noires. La création d'un camping sauvage fait aussi partie des plans.

Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La municipalité de Ripon vient de jeter les nouveaux jalons de son parc régional des Montagnes Noires en lui attribuant l'étiquette de «parc écotouristique à empreinte légère».

La recommandation du comité d'orientation formé d'élus et de citoyens a été adoptée par le conseil municipal lors de la séance du mois de mai.

Tout futur développement sur l'immense site d'environ 900 acres devra dorénavant rencontrer les orientations ayant obtenu le sceau d'approbation du conseil. En outre, toutes les activités qui se dérouleront sur le territoire du parc devront être culturelles, sportives, récréatives et écologiques - ce qui exclut les activités motorisées.

Le conseil demeure ouvert à ce que des entreprises d'hébergement ou de restauration viennent s'installer sur place, mais si cela se produit, les projets devront être élaborés aux abords du pavillon d'accueil de 635 000$ construit en 2014 au sommet de la montagne.

«Nous allons garder une partie plus commerciale près du chalet d'accueil Stéphane Richer. Les infrastructures, s'il doit y en avoir d'autres, seront majoritairement à cet endroit. Pour le restant du site, on va s'en tenir à des sentiers piétonniers et à la nature. On veut se concentrer sur l'écotourisme», explique le maire de Ripon, Luc Desjardins.

Le parc régional des Montagnes Noires offre déjà plus de 16 kilomètres de sentiers aménagés pour la randonnée pédestre, la raquette et le ski de fond. Une aire de glisse familiale est aussi ouverte durant l'hiver. Des travaux d'aménagement pour une piste destinée au vélo de montagne sont en cours. Celle-ci devrait être prête d'ici les prochaines semaines.

La mise en opération d'un camping sauvage fait aussi partie des plans de la municipalité. Le maire Desjardins indique que la majorité de la clientèle touristique qui débarque sur place pour venir profiter des attraits provient de la région urbaine d'Ottawa-Gatineau. «On doit trouver une façon de garder la clientèle dans la région plus qu'une journée. Nous n'avons rien pour les retenir présentement», dit-il.

Un chargé de projet qui aura pour mandat le développement économique du parc et la recherche de subventions sera d'ailleurs embauché dans les prochaines semaines par l'administration riponnaise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer