Fermeture de la route 323: le MTQ montré du doigt

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a fait du «travail bâclé» en début... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a fait du «travail bâclé» en début de semaine dans sa gestion de la fermeture d'une partie de la route 323, à Notre-Dame-de-la-Paix, déplore le maire de la municipalité, Daniel Bock.

Depuis lundi en fin de journée, un important tronçon de la route 323, à Notre-Dame-de-la-Paix, à environ quatre kilomètres au nord du Rang Sainte-Julie-Est, est fermé à la circulation à la suite d'un glissement de talus. 

La situation cause des maux têtes aux automobilistes et camionneurs qui empruntent quotidiennement cette importante liaison routière entre Mont-Tremblant et Montebello et qui doivent maintenant prendre un important détour par le nord de la Petite-Nation en suivant la signalisation en place.

Dans un communiqué publié en fin d'après-midi lundi, le MTQ a informé la population que la route 323 resterait fermée complètement pour une durée indéterminée.

Le maire de Notre-Dame-de-la-Paix affirme qu'aucune communication n'a été faite par le ministère à l'endroit de sa municipalité. Namur et Saint-André-Avellin, les deux autres municipalités affectées par la fermeture, n'ont également pas été contactées par les représentants du MTQ. 

«On s'est retrouvé avec une route fermée et une voie de contournement dimanche soir sans explication. Le lendemain, sur le site du ministère, on disait que c'était temporaire et dans le communiqué, on disait autre chose. Finalement, on a fermé le chemin lundi soir sans nous consulter. C'est du travail bâclé qui a été fait», peste le maire Bock.

Mieux réagir

La décision de fermer la voie sans préavis aurait pu avoir de graves conséquences, soutient le premier magistrat qui a adressé le dossier au conseil des maires de la MRC Papineau, mercredi soir, afin qu'une résolution soit adoptée par le gouvernement régional pour demander au MTQ de mieux réagir dans le futur.

«Nous, on a des mesures d'urgence qui doivent être appliquées. Avec notre service d'incendie, on a dû se revirer de bord rapidement et demander à Saint-André-Avellin de couvrir la partie où on ne peut plus se rendre», indique le maire Bock.

Ce dernier affirme qu'une réunion d'urgence aurait dû être convoquée par le MTQ qui était au courant des problèmes de chaussée dimanche. 

Un chemin de contournement devrait être aménagé d'ici deux semaines sur le tronçon affecté, selon les informations qu'ont obtenues les élus. Des travaux majeurs d'une durée de deux à trois mois devront ensuite être réalisés afin de refaire la section de la route affaissée.

Le maire Bock de même que la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande, et le maire de Namur, Gilbert Dardel, ont évoqué leurs craintes, lors de la séance du conseil des maires, que la fermeture de la 323 et les travaux aient un impact sur l'économie locale.

Le MTQ n'avait pas retourné notre demande d'entrevue, jeudi, en fin de journée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer