La MRC Papineau veut atteindre son plein potentiel agricole

Luc Desjardins, président du comité directeur du PDZA,... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Luc Desjardins, président du comité directeur du PDZA, et la préfète Paulette Lalande estiment que le plan donnera un portrait précis du territoire.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans la foulée de la mise sur pied de son Plan de développement de la zone agricole (PDZA), la MRC Papineau a annoncé jeudi matin une série de consultations publiques. Elle s'amorcera le 21 avril prochain, en soirée, au Complexe Whissell de Saint-André-Avellin.

Au fil des prochaines semaines, citoyens, producteurs et élus seront appelés à se prononcer sur les grands enjeux touchant l'agriculture dans la MRC Papineau.

Au total, trois rencontres auront lieu sur l'ensemble du territoire. En plus de la réunion prévue à Saint-André-Avellin, des séances se dérouleront le 14 mai, à 13h, à la salle Danny-Legault de Chénéville, de même que le 17 mai, à 18h30, à l'hôtel de ville de Thurso. 

Le document de planification qui découlera de ces travaux permettra notamment de mettre en valeur la zone agricole de la MRC et d'élaborer des pistes de solution pour dynamiser l'occupation du territoire, espèrent les instigateurs de la démarche. 

«L'agroalimentaire est notre force. Nous sommes reconnus pour ça en Outaouais. Le PDZA va nous donner un portrait précis de notre territoire», a affirmé la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande.

L'outil servira également à établir un diagnostic des enjeux spécifiques à la MRC. Manque de relève, pourcentage élevé des terres en friche, cohabitation entre le rurale et l'urbain: tout sera passé au peigne fin. 

Les statistiques les plus récentes faisaient état de 28,3 millions de dollars générés par les entreprises agricoles en 2010 dans la MRC Papineau, selon des données émises par le ministère de l'Agriculture, des Pêches et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ). Or, les deux tiers des terres se trouvant en zone agricole sont actuellement non cultivées.

«On sait par exemple que nous avons de moins en moins de fermes laitières. On doit pouvoir trouver autre chose pour nos terres agricoles afin qu'elles soient productives», a souligné Mme Lalande.

Le maire de Ripon et président du comité directeur du PDZA, Luc Desjardins, a quant à lui insisté jeudi sur le fait qu'il ne souhaitait pas voir le document de planification être «tabletté» une fois qu'il sera rédigé. Les élus devront suivre les recommandations.

«Souvent, les études ne sont pas mises en application. Je ne veux pas que ça se produise avec le PDZA. L'agriculture, c'est à nous et ça crée des emplois qui vont rester ici. C'est important pour l'économie locale d'avoir ce plan», a-t-il dit, ajoutant que le secteur agricole avait été pris pour acquis ces dernières années par les élus municipaux.

Le PDZA devrait être soumis au conseil des maires pour adoption au début 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer