Le parc industriel vert doit démarrer cette année

La préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

La préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est d'abord et avant tout le développement économique qui sera le fer de lance de la MRC Papineau pour 2016, une priorité dont la clé réside dans le déploiement à grande échelle du Parc industriel régional vert (PIRVP), à Thurso.

Les maires ont entériné le plan d'action 2016 de la MRC Papineau, mercredi soir, à Papineauville. Alors que des enveloppes de 97 000$ et 80 000$ ont notamment été réservées pour des projets en culture et en développement touristique, un montant de 90 000$ a pour sa part été engagé afin de poursuivre la mise sur pied du PIRVP.

Du même souffle, les élus assis autour de la table du gouvernement régional ont voté à l'unanimité une résolution dans le but de demander l'appui du député de Papineau, Alexandre Iracà, afin d'obtenir du financement de Québec pour les infrastructures du vaste site situé à un jet de pierres de l'autoroute 50.

Pour la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande, ce projet doit absolument débloquer dans un futur très rapproché. «Ça doit démarrer en 2016. On n'a pas le choix», dit-elle.

Malgré le lancement de la première phase du projet en juin dernier et la mise sur le marché d'une vingtaine de terrains au sud du rang 5, à Thurso, aucune entreprise n'a encore décidé de s'installer sur place.

Dans sa stratégie, le gouvernement régional souhaite raccorder les infrastructures du site au système d'égout et d'aqueduc de la municipalité de Thurso, un projet d'investissement de l'ordre de 4,5 millions de dollars. Selon Mme Lalande, des démarches pour obtenir des subventions ont déjà été entreprises auprès des paliers fédéral et provincial.

«Pour 2016, on doit amener les services dans le parc, c'est la priorité. On doit avoir une réponse de Québec et du fédéral le plus vite possible. Ce qu'on demande, c'est 50% du financement et nous on payera le reste», mentionne Mme Lalande.

«Il faut que ce soit fait d'ici le printemps pour qu'on puisse accueillir des gens le plus rapidement possible», ajoute l'élue.

Au bureau d'Alexandre Iracà, on soutient que des démarches ont été amorcées pour aider le gouvernement régional dans sa quête de subventions. Aucune annonce concrète de financement n'est toutefois prévue pour le moment, a-t-on indiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer