Papineauville pourrait revoir la formule du parc industriel

Une trentaine de terrains sont encore à vendre... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Une trentaine de terrains sont encore à vendre 12 ans après l'expansion du parc industriel léger situé aux abords de l'autoroute 50 et de la route 32.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Papineauville peine à vendre l'espace vacant de son parc industriel, si bien que la municipalité projette d'élaborer une planification stratégique afin de régler la situation.

Une trentaine de superficies sont encore à vendre 12 ans après l'expansion du parc industriel léger situé aux abords de l'autoroute 50 et de la route 321.

Des ententes ont failli être conclues depuis 2013 avec des entreprises intéressées à asseoir leurs opérations à Papineauville, mais chaque fois, les dossiers ont achoppé pour diverses raisons. Le seul et unique terrain restant est situé au sud de l'entreprise Lauzon Planchers de bois exclusif et sa filiale Lauzon Bois énergétique recyclé, entre la route 321 et la 50.

Selon le maire de Papineauville, Christian Beauchamp, les élus auront un travail de réflexion à faire au cours des prochains mois à ce sujet.

La mise en place d'une planification stratégique à l'égard du parc industriel fait d'ailleurs partie des priorités pour 2016.

«Le but est de rendre attrayant le terrain et de l'exposer. On devra peut-être revoir la formule. On pourrait diviser le terrain, mais si on voit qu'il n'y a pas de demande, on ne se lancera pas dans un éternel projet. Nous sommes conscients qu'il y a le projet régional à Thurso avec la MRC et qu'il y a l'agrandissement dans le secteur de l'aéroport à Gatineau», explique le maire Beauchamp.

Pour le moment, Papineauville a mis sur la glace son projet d'agrandir son parc industriel. À la fin 2014, l'administration avait mandaté la firme Bélanger Agro-Consultant afin d'examiner la possibilité de dézoner un secteur de 160 acres situé entre l'autoroute 50 et la ligne d'Hydro-Québec, aux abords de la desserte sud de la voie rapide.

«Si la dernière offre d'achat avait été acceptée pour le terrain, nous aurions été saturés en espace, mais là ce n'est pas le cas. On veut attendre de compléter la vente de nos terrains avant d'aller devant la CPTAQ pour demander un dézonage», précise M. Beauchamp.

Par ailleurs, la porte est toujours ouverte pour accueillir une halte routière. Le premier magistrat mentionne que des promoteurs ont démontré de l'intérêt. Aucune annonce à court terme n'est toutefois prévue.

D'après le maire, la suite des choses dans ce dossier dépendra de l'évolution des projets d'aires de services attendues à Thurso, à un jet de pierres du Parc industriel régional vert de Papineau, de même que du projet privé dans les cartons à Notre-Dame-de-Bonsecours, non loin du Parc Oméga.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer