Un plan pour protéger le domaine Kenauk

Le plan a permis d'identifier la présence du... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Le plan a permis d'identifier la présence du loup de l'est.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Conservation de la nature Canada (CNC) confirme avoir produit un plan de protection des habitats fauniques sur le territoire de la réserve naturelle Kenauk, située à Notre-Dame-de-Bonsecours.

L'organisme spécialisé dans la protection des terres riches en biodiversité possède 40 des 260 kilomètres carrés de l'immense domaine privé acheté en décembre 2013 par un groupe de partenaires regroupant notamment l'ancien chef de la direction financière de Google, Patrick Pichette.

Le plan de protection élaboré depuis un an par une équipe de biologistes et de spécialistes couvre la moitié de la superficie totale du site.

Selon CNC, la réserve naturelle Kenauk abrite le plus grand peuplement d'érables noir répertorié au Québec, une espèce désignée vulnérable dans la province.

Le plan de protection a permis d'identifier la présence de certaines espèces menacées sur les lieux. Le loup de l'est, le lynx du Canada et le poisson fouille-roche-gris ont entre autres été recensés. La gigantesque forêt pourrait également abriter le cougar, selon certaines données.

Christine Bélanger, coordonnatrice de projets et géographe pour le compte de la Fondation de la faune du Québec, l'un des partenaires financiers du projet, soutient que ce plan permettra de dresser des balises afin de protéger les habitats fauniques de la réserve à long terme.

Le document propose une synthèse des connaissances sur la faune et la flore de la forêt concernée, de même que des recommandations afin de préserver les ressources naturelles du domaine.

«Le but est de protéger les terrains à perpétuité, mais on ne parle pas d'une cloche de verre pour empêcher toutes activités. Il s'agit de mettre les lieux à l'abri de tout développement domiciliaire. On sait que dans ce secteur, il y a la pression faite par l'autoroute 50», précise Mme Bélanger.

Les démarches de préservation de la faune se font en conciliation avec les activités de chasse, de pêche, de plein air ainsi qu'avec l'exploitation forestière.

CNC prévoit agrandir la portion protégée ces prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer