Lochaber-Ouest blâmée par la Commission des relations du travail

L'ancienne directrice générale de Lochaber-Ouest, Chantal Dubé... (Archives, LeDroit)

Agrandir

L'ancienne directrice générale de Lochaber-Ouest, Chantal Dubé

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Commission des relations du travail (CRT) blâme la municipalité de Lochaber-Ouest pour le harcèlement psychologique dont a été victime l'ancienne directrice générale, Chantal Dubé, qui a quitté ses fonctions dans la tourmente à l'été 2013.

Dans son rapport de 36 pages rendu public plus tôt ce mois-ci, la commissaire France Giroux conclut que l'ancienne gestionnaire a été victime de harcèlement psychologique dans le cadre de ses fonctions.

L'épisode en question fait référence à la séance du conseil municipal du 14 mai 2013, lorsque l'ancienne conseillère Colette Roy avait publiquement réclamé le départ de Mme Dubé.

La situation était particulièrement houleuse autour de la table du conseil à cette époque et certains échevins reprochaient à Mme Dubé de ne pas vouloir leur transmettre certaines informations ainsi que des documents relatifs aux affaires municipales.

Lors de son allocution du 14 mai devant une salle bondée où se trouvaient plusieurs citoyens et quelques membres des médias, Mme Roy avait entre autres accusé Mme Dubé de manquer de «franchise», d'«honnêteté» et de «coopération» dans le cadre ses fonctions de gestionnaire.

Le texte lu à l'époque devant public par Colette Roy repose sur des généralités et des faits erronés, tranche la commissaire de la CRT.

«En conclusion, la plaignante a été victime de harcèlement psychologique découlant de l'abus d'autorité exercé par la conseillère Roy qui a fait une lecture publique de reproches injustifiés ou exagérés», est-il écrit dans le rapport d'enquête.

La Commission des relations du travail reproche à la municipalité de ne pas avoir respecté ses obligations comme employeur.

Joint par LeDroit mardi, le maire de Lochaber-Ouest, Jean-Pierre Girard, n'a pas voulu commenter pour le moment puisqu'une journée de négociations est prévue entre les deux parties et la Commission de la santé et de la sécurité du travail, afin de déterminer un possible dédommagement. Le dossier pourrait également passer devant la Commission des lésions professionnelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer