Notre-Dame-de-la-Salette mise sur le tourisme religieux

Une nouvelle croix en bois massif a été... (Benoit Sabourin, LeDroit)

Agrandir

Une nouvelle croix en bois massif a été érigée au sommet du mont Salettin.

Benoit Sabourin, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Notre-Dame-de-la-Salette, au nord du secteur Buckingham, espère que les travaux majeurs de réaménagement réalisés cet été sur le sentier du mont Salettin, emblème du village et véritable lieu de culte inauguré en 1893, permettront de développer le tourisme religieux.

Le 75e pèlerinage annuel du mont Salettin aura lieu dimanche à compter de 10h15, au pied de la montagne qui surplombe le village. Les organisateurs attendent au moins 200 personnes de partout en Outaouais et même de l'extérieur de la région.

«Ça dépend souvent de la température, mais on risque d'avoir beaucoup plus de gens cette année avec les rénovations qui ont été faites», mentionne la présidente de la fabrique de Notre-Dame-de-la-Salette, France Bérubé.

Du début juin jusqu'à vendredi, des travaux d'envergure ont en effet été effectués sur ce site qui n'avait pas subi de cure de rajeunissement depuis 1954. Grâce à une subvention de 20 000$ du CLD des Collines-de-l'Outaouais, la fabrique de Notre-Dame-de-la-Salette a pu faire ériger une nouvelle croix en bois massif qui illumine le village une fois la nuit tombée. L'escalier de 205 marches menant à l'extrémité de la montagne a aussi pu être revampé et sécurisé. Le sentier patrimonial a été retouché dans l'ensemble. «On a déjà près de 200 visiteurs qui sont venus voir pendant les travaux. Nous avons même eu un groupe de 98 personnes qui ont monté en haut juste pour voir», raconte Mme Bérubé.

Du potentiel

Le maire Denis Légaré estime que le mont Salettin a le potentiel de devenir un attrait important pour le nord de la région du Lièvre. Chaque année, le sentier de la montagne, qui repose sur un dénivelé de 80 mètres de hauteur, attire les fidèles et les curieux.

«Le mont Salettin a pris une nouvelle dimension avec ce qui a été fait durant l'été. C'est quelque chose qui avait peut-être été oublié, mais c'est tout à coup redevenu un symbole», note le premier magistrat.

«Je pense qu'on peut devenir un point de ralliement religieux pour la région avec cet attrait important, surtout qu'on dirait qu'il y a un renouveau au niveau de la religion depuis un certain temps, en tout cas ici chez nous», ajoute-t-il.

À cet égard, même si les bancs d'église continuent à se vider à la vitesse grand V, le pèlerinage et la cérémonie qui entoure cette tradition demeurent encore bien courus, assure Mme Bérubé. Il n'y a peut-être plus un millier de personnes qui débarquent à Notre-Dame-de-la-Salette le troisième dimanche de septembre, comme c'était le cas il y a plusieurs décennies, mais la cérémonie continue d'attirer son lot d'adeptes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer