Invasion de triporteurs dans les rues

Aux prises avec une flotte massive de triporteurs et quadriporteurs circulant... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Aux prises avec une flotte massive de triporteurs et quadriporteurs circulant dans ses rues, la municipalité de Saint-André-Avellin lance une campagne afin de sensibiliser les utilisateurs de ces engins roulants à respecter les règles de sécurité routière lorsqu'ils empruntent la voie publique.

La mairesse de Saint-André-Avellin, Thérèse Whissell, soutient que les propriétaires de ce type d'appareil se multiplient depuis quelques mois sur le territoire de la municipalité. Une boutique spécialisée dans la vente de ces véhicules motorisés a ouvert ses portes dans le village au début de l'été, si bien que le triporteur et ses dérivés ont de plus en plus la cote auprès de la population. Une situation qui comporte son lot de problèmes, aux dires de Mme Whissell.

«Quand tu te promènes dans les rues, il y a beaucoup de triporteurs, de quadriporteurs et même de fauteuils roulants électriques. N'importe qui peut se procurer ça. Ils se promènent n'importe comment, ils sont dans la rue, ils traversent devant toi, ils sont sur le trottoir ou pas sur le trottoir. Souvent, ils peuvent être à contresens du trafic. Ils font à peu près de ce qu'ils veulent et c'est dangereux», explique-t-elle.

Projet pilote

Depuis le 1er juin, le Projet pilote relatif aux aides à la mobilité motorisées (AMM), chapeauté par le ministère des Transports du Québec, est en vigueur dans l'ensemble de la province. Celui-ci vise à établir des balises claires afin d'assurer une meilleure cohabitation entre les conducteurs d'AMM et les autres usagers de la route.

Les patrouilleurs à vélo de Saint-André-Avellin ont distribué pendant toute la période estivale des exemplaires des feuillets d'information au sujet du projet pilote. Saint-André-Avellin a également conçu une version «vulgarisée» des normes de sécurité à respecter, sous la forme d'un «billet de courtoisie». Au moins 200 exemplaires de ce dépliant maison ont été imprimés et se trouvent en circulation depuis environ deux semaines.

«C'est de la sensibilisation qu'il faut faire. On va finir par avoir des résultats à l'usage. Ce qu'on veut éviter, ce sont des accidents», mentionne la mairesse Whissell, qui précise que des copies du feuillet sont disponibles au bureau municipal.

Le «billet de courtoisie» résume les grandes lignes de la loi pilote, dont les règles à suivre lorsque le conducteur de ce type d'engin se trouve sur des voies publiques aux vitesses maximum variées et la liste de l'équipement obligatoire qu'on doit retrouver sur le véhicule.

Le guide rappelle que les utilisateurs de triporteurs ou autres véhicules du genre doivent se plier aux Code de la sécurité routière. Autrement, ils sont passibles d'une amende de la part de la Sûreté du Québec.

La circulation des AMM est permise:

sur les trottoirs et les voies cyclables.

À l'extrême droite de la chaussée des rues où:

il y a une seule voie de circulation par direction;

la limite de vitesse est de 50 km/h ou moins.

sur l'accotement d'une rue où la limite de vitesse est supérieure à 50 km/h.

Source: Ministère des Transports du Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer