Papineauville veut élargir son parc industriel

Papineauville souhaite développer la zone industrielle entre l'autoroute... (Benoit Sabourin, Archives LeDroit)

Agrandir

Papineauville souhaite développer la zone industrielle entre l'autoroute 50 et la route 321.

Benoit Sabourin, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Papineauville caresse le rêve d'élargir son parc industriel aux abords de l'autoroute 50 afin d'accueillir davantage d'entreprises au cours des prochaines années. La municipalité a procédé à l'embauche d'une firme dont le mandat est d'étudier la faisabilité d'un projet qui lui permettrait d'augmenter la superficie de son site de 650000 mètres carrés.

Bélanger Agro-Consultant, embauchée au coût de 9500$ plus taxes, doit aider l'administration municipale à examiner la possibilité de «dézoner» un secteur de 160 acres situé entre l'autoroute 50 et la ligne d'Hydro-Québec, aux abords de la desserte sud de la voie rapide. Les terrains en question sont en territoire agricole.

Le maire de Papineauville, Christian Beauchamp, souligne que le dossier est à actuellement à l'étape embryonnaire, mais que la volonté du conseil est de développer la zone industrielle localisée entre l'autoroute 50 et la route 321.

«On veut attirer des entreprises le long de l'autoroute. Papineauville se trouve à mi-chemin entre Montréal et Ottawa. Stratégiquement, nous sommes bien situés pour les commerces et on sait que l'emploi, c'est important. C'est avec ça qu'on va développer nos municipalités», de dire M. Beauchamp.

Seul Lauzon Planchers de bois exclusif et sa filiale Lauzon Bois énergétique recyclé Inc. possèdent pour le moment des lots dans le parc industriel de Papineauville.

La municipalité était venue près de s'entendre avec Développements Brookline à la fin 2013 pour les deux lots restants qui totalisent 53000 mètres carrés, soit près de 13 acres. La promesse d'achat d'abord acceptée par les élus a finalement été résiliée par les deux parties l'été dernier.

Une nouvelle promesse d'achat a depuis été déposée de la part d'Huile LAMAR Bio Canada inc., si bien que le site du parc industriel se retrouve maintenant saturé.

«Je ne vous cacherai pas qu'on reçoit régulièrement des appels de gens et de promoteurs qui demandent si nous avons des terrains libres. C'est un peu pour ça qu'on veut élargir et regarder vers l'avenir», mentionne M. Beauchamp.

Une fois que l'étude sera terminée, la municipalité consultera les propriétaires des lots concernés à propos de leurs intérêts futurs. Une demande pourrait ensuite être acheminée au printemps à la Commission de protection du territoire agricole du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer