La mairesse Whissell espère voir l'Auberge Petite-Nation revivre

L'Auberge Petite-Nation a trouvé preneur. Par contre, les... (Benoit Sabourin, Archives LeDroit)

Agrandir

L'Auberge Petite-Nation a trouvé preneur. Par contre, les élus de Saint-André-Avellin espèrent que les nouveaux propriétaires y conserveront une vocation d'hébergement.

Benoit Sabourin, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les 15 chambres privées et familiales de l'Auberge Petite-Nation commencent à manquer grandement à Saint-André-Avellin. La mairesse Thérèse Whissell espère donc que les nouveaux propriétaires de l'endroit poursuivront dans la même veine que les anciens administrateurs, puisque les places pour dormir se font rares dans le village et aux alentours.

Rappelons que l'édifice du 35, rue Principale, à Saint-André-Avellin, a récemment été vendu. On ignore pour l'instant les intentions des nouveaux propriétaires.

Cette vente survient après que la Coopérative de solidarité de l'Auberge Petite-Nation, qui gérait l'endroit depuis cinq ans, ait dû déclarer faillite en novembre. Sa dette frôlait alors les 600000$ et elle faisait face à un manque de liquidités à court terme de 70000$. Le prix de vente fixé par le syndic de faillite avait été établi à 229000$.

La mairesse de Saint-André-Avellin espère que la vocation de l'endroit sera conservée. Mme Whissell soutient que le manque de places d'hébergement sur le territoire de la municipalité commence à être problématique. Le Gîte l'Ancestral vient aussi d'être vendu et il n'est pas certain que le nouveau propriétaire maintiendra les chambres pour séjourner.

«Il nous reste seulement un gîte comme hébergement, en plus des chambres au bar la Licorne. C'est tout ce que nous avons pour le moment. C'est pour ça que je souhaite que l'auberge continue à offrir de l'hébergement. [...] Ce serait bien aussi que la vocation culturelle soit maintenue. En fait des spectacles, s'il n'y en pas là, il n'y en pas ailleurs», a indiqué Mme Whissell.

Cette dernière souligne que cette pénurie de chambres affecte l'économie locale puisque les touristes doivent sortir du village pour se trouver un lit lors d'événements majeurs. Elle cite comme exemple le tournoi de hockey féminin prévu ce week-end et auquel participeront des formations d'un peu partout au Québec.

«Les gens doivent aller dans d'autres municipalités. Quand on a de grandes activités l'été, les gens viennent avec les VR et les roulottes et ça va, mais là, c'est un grand problème», note Mme Whissell.

En plus de servir de lieu de séjour, l'Auberge Petite-Nation présentait annuellement une cinquantaine de spectacles sur la scène du P'tit café de l'auberge. 

L'établissement générait 3000 nuitées et attirait 2500 spectateurs chaque année, selon les chiffres fournis par l'ancienne administration.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer