Vers une augmentation des heures de l'urgence pour 2015?

Alexandre Iracà se montre prudent et ne souhaite... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Alexandre Iracà se montre prudent et ne souhaite pas annoncer de date en ce qui concerne le fameux « statut officiel » d'urgence.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le dossier du « statut officiel » d'urgence réclamé depuis des années par les résidents de la Petite-Nation fréquentant le CLSC de Saint-André-Avellin progresse. Les porteurs du projet au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Papineau sont à ficeler un plan détaillé, qui doit être déposé à la fin novembre, pour approbation auprès de l'Agence de la santé et des services sociaux l'Outaouais, a appris LeDroit.

Selon nos informations, le CSSS de Papineau tente de faire cheminer le dossier au maximum avant la création des Conseils intégrés de santé et de services sociaux prévue au printemps prochain.

Promesse électorale du député de Papineau lors de la dernière campagne, l'obtention du statut d'urgence permettrait de faire passer de 44 à 84 les heures d'ouverture du CLSC de Saint-André-Avellin. L'endroit serait ouvert sept jours par semaine, 12 heures par jour. L'établissement est présentement fermé les vendredis et dimanches.

Pendant la dernière campagne provinciale, M. Iracà avait fait savoir qu'un budget récurrent de 850 000 $ serait nécessaire pour arriver à faire du CLSC une urgence « 12/7 ». Ce chiffre pourrait toutefois être revu à la hausse. Le document attendu dans quelques semaines de la part du CSSS de Papineau fera état des sommes précises nécessaires pour répondre aux objectifs. Il y sera aussi question du portrait des ressources humaines supplémentaires requises. Dix médecins s'échangent présentement les quarts de travail à Saint-André-Avellin, mais des omnipraticiens supplémentaires devront inévitablement se greffer au personnel.

Le Dr Daniel Tardif, directeur des services professionnels et hospitaliers au CSSS de Papineau, affirme que l'objectif est d'arriver à ce que l'urgence de Saint-André-Avellin soit ouverte à raison de 84 heures dès l'automne prochain. Cette cible est réaliste, croit-il, d'autant plus que le projet de création d'un groupe de médecine familiale (GMF) au sein de l'établissement de la Petite-Nation progresse très bien.

« Je vise une ouverture pour l'automne prochain. Il faut se donner un autre cycle de recrutement parce qu'on doit s'assurer d'avoir 40 heures de couverture supplémentaire, mais c'est l'échéancier souhaité », a indiqué Dr Tardif au Droit.

Selon le directeur général du CSSS de Papineau, Pierre Gagnon, la situation du recrutement de personnel médical n'a jamais été aussi rose. D'après le dernier recensement de l'organisation qui date de mai dernier, 36 omnipraticiens actifs pratiquent sur le territoire de Papineau. À cela s'ajoutent notamment 17 médecins associés. Ces chiffres ne comptabilisent pas les autres spécialistes rattachés à l'établissement, par exemple les chirurgiens et anesthésistes. Il ajoute que l'organisation ne fait plus appel aux médecins dépanneurs depuis la dernière année.

Iracà reste évasif

Alexandre Iracà se montre prudent et ne souhaite pas annoncer de date en ce qui concerne le fameux « statut officiel » d'urgence. Le député réitère qu'il s'est donné un mandat pour y arriver. Il assure qu'il défendra « bec et ongles » le projet auprès du cabinet du gouvernement, une fois que le plan détaillé sera achevé.

Ce qui risque d'avoir une incidence sur la suite des choses, c'est surtout la fluctuation du recrutement de médecins et non le financement qui sera demandé, dit-il. La réforme administrative imposée par le ministre Barrette devrait faciliter le processus afin de délier les bourses du gouvernement dans ce dossier.

« On sauve de l'argent dans la bureaucratie et la structure et non dans la mission et le service à la clientèle. Dans l'argent que nous allons économiser, une partie ira pour la dette, mais une partie ira aussi pour la mission des organismes en santé, dont celle de Saint-André-Avellin », explique M. Iracà.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer