«Un océan d'urine» à la marina de Montebello

Édition 2013 du Rockfest de Montebello.... (Jessy Laflamme, LeDroit)

Agrandir

Édition 2013 du Rockfest de Montebello.

Jessy Laflamme, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le président d'Outaouais Rock, Alex Martel, pointé du doigt pour les importants problèmes de logistique qui ont entaché le Rockfest, ce week-end, ne répond pas aux appels de la mairie de Montebello, qui se retrouve aux prises avec «des dégâts astronomiques».

La conseillère municipale Nicole Laflamme se désole, lundi matin, d'observer l'«océan d'urine» qui baigne désormais le site du festival.

«Nous ne savons pas où est Alex Martel. Je suis présentement sur le site du Rockfest, en compagnie du maire, pour constater les dégâts et rencontrer M. Martel, mais il n'est pas là. Notre équipe a essayé de le joindre: il ne répond pas à nos appels ni à ses courriels», a laissé entendre en matinée Mme Laflamme, lorsque LeDroit lui a demandé si Alex Martel avait été convié à la séance du conseil municipal de ce soir.

«J'ai devant moi un terrain dévasté, un terrain plein de boue, et renfoncé de partout, à cause de tous les camions qui sont passés», a décrit au téléphone la conseillère.

Elle semblait particulièrement affectée par «un océan d'urine» et l'odeur nauséabonde qui se dégage de la marina. Des toilettes chimiques avaient été installées à plusieurs endroits, mais «il n'y avait certainement pas assez de toilettes, puisque tout a débordé». Le conseil étudiera d'ailleurs ce soir la question de la décontamination les lieux.

Bilan imminent

La mairie profitera d'une réunion ordinaire du conseil, prévue à 19h30, ce soir, pour commencer à écouter les éventuelles doléances des résidents, et, surtout, pour fixer la date d'une rencontre extraordinaire «spéciale Rockfest». Ce «post mortem» de la huitième édition du festival aura lieu «le plus vite possible, possiblement entre le 25 et le 27 juin», a indiqué lundi le maire, Pierre Bertrand.  

«Ce soir, on va surtout donner de l'info aux résidents.» Le maire entend donner encore quelques jours aux équipes de pompiers et aux forces policières pour dresser leur propre bilan et pour finaliser des opérations de nettoyage qui sont nécessaires non seulement à la marina, mais aussi «jusqu'à la [route] 148, à la sortie du village», indique-t-il. 

Bien qu'il ait lui aussi constaté «d'énormes dégâts», le maire se veut rassurant quant au nettoyage du site lui-même, qui relève de la responsabilité du promoteur, et qui sera entrepris dans les prochains jours. 

Il se réjouit de ce que les résidents aux alentours du Rockfest aient déjà profité de leur dimanche pour nettoyer leurs terrains et leurs propriétés dont certains avaient été dégradés lorsque des festivaliers ont débordé hors de l'enclave du site. 

Paulette Lalande défend le Rockfest

La présidente de Conseil régional des élus de l'Outaouais (CRÉO), Paulette Lalande, a pour sa part pris la défense du Rockfest.

Face aux critiques soulevées à propos de certains problèmes d'organisation, Mme Lalande a tenu à souligner que l'événement a attiré 100 000 personnes dans la région.

«C'est un événement extraordinaire qui a des retombées partout dans la région. J'ai rencontré des gens de la Californie qui étaient enchantés par ce qu'ils ont vu ici. Il y a eu des problèmes de logistique et les organisateurs devront apporter des ajustements mais ça demeure un très bel événement», a commenté Mme Lalande qui est aussi maire de Plaisance et préfet de la Municipalité régionale de comté (MRC) de Papineau.

Pétition

Une pétition a par ailleurs été mise en ligne sur le site Avaaz.org. Baptisée «pour un festival Rockfest qui respecte ses engagements», la pétition comptait, à 16h, lundi, quelque 650 signatures. L'objectif est d'atteindre 10 000 noms.

«Les lieux étaient plus malpropres que jamais, sans oublier les toilettes sanitaires qui débordaient, dénonce le texte de la pétition. [...]
 Côté camping, il y avait plusieurs zones de camping mises en place par le festival. Des zones qui étaient très éloignées avec des navettes qui étaient souvent en retard et mal organisées. Il y a eu aussi des groupes de personnes qui sont arrivés sur place; qui avaient réservé leur place de camping en avance et qui se sont fait virer de bord puisque le camping était plein finalement.»



Les signataires de cette pétition réclament aussi «une compensation» à l'organisation de l'édition 2013 du Rockfest.

- Avec Charles Thériault

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer