Eau à Montebello: vers une nouvelle usine?

L'eau est en voie de devenir une histoire de gros sous à Montebello. (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'eau est en voie de devenir une histoire de gros sous à Montebello. Devant un parterre de citoyens, lundi dernier, plusieurs élus ont plaidé pour la construction d'une nouvelle usine d'eau potable, plutôt que de rénover l'usine actuelle qui aurait été mal conçue. Selon la municipalité, chacun des deux scénarios s'accompagnerait d'une facture frisant les 6,4 millions$.

Par contre, les coûts associés à la rénovation de l'usine actuelle pourraient gonfler, à la lumière de nouveaux problèmes survenus au cours des derniers mois, après la rédaction des estimations. Par exemple, les valves et les tuyaux devront tous être changés, car l'ozone utilisé pour purifier l'eau est actuellement mal employé.

Le ministère québécois des Affaires municipales s'est déjà engagé à payer deux tiers des coûts, ce qui signifie que la municipalité devrait défrayer un peu plus de 2 millions$. Selon plusieurs citoyens, ce montant est beaucoup trop élevé.

«Si je comprends bien, nous avons le choix entre deux projets qui coûtent la même chose. Ça veut dire qu'il faut opter entre une Cadillac blanche ou noire, alors que nous avons seulement les moyens de nous promener en Chevrolet», a résumé un citoyen dans la salle.

Chasse aux subventions

Le maire Pierre Bertrand a d'ailleurs affirmé que Montebello devra tenter d'obtenir plus de subventions du gouvernement. Le conseiller Clarence Savoie, qui suit ce dossier de près depuis trois ans, est certain de pouvoir obtenir une contribution provinciale se chiffrant entre 75 et 80% du projet. «Le ministère a commencé par nous offrir 50% et a grimpé à 66%. Je crois donc qu'il peut augmenter encore», dit-il, ajoutant préférer l'option d'une nouvelle construction aux abords de la rivière des Outaouais.

«Actuellement, poursuit-il, nous sommes à la merci de la pompe et des gens qui travaillent afin de s'assurer que le niveau de l'eau est adéquat. Avec la rivière, nous n'aurions jamais de problème avec l'alimentation de l'eau.»

La conseillère Nicole Laflamme abonde dans le même sens. «Les deux solutions sont très chères, dit-elle. Mais comme la municipalité est appelée à grossir, elle aura besoin de plus d'eau.»

Son collègue Martin Deschênes partage cet avis. «J'ai de la misère à investir 3 ou 4 millions$ quelque part sans savoir combien de temps la solution va durer. J'aime mieux bâtir un projet complet de 6 millions$ qui a une durée de vie de 30 ans.»

Le conseiller Luc Lafrenière refuse de trancher entre les deux options - tout comme certains citoyens -, car il estime manquer d'informations pour prendre une décision éclairée.

Avant de prendre position de façon définitive, les élus ont décidé d'effectuer des réparations d'urgence, afin d'assurer l'alimentation pour l'été. Ces travaux coûteront environ 400000$.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer