La 50: aussitôt terminée, aussitôt utilisée

Le tronçon de 18 km de l'autoroute 50... (Jessy Laflamme, LeDroit)

Agrandir

Le tronçon de 18 km de l'autoroute 50 reliant Thurso et Papineauville a ouvert hier matin.

Jessy Laflamme, LeDroit

Partager

Il n'aura pas fallu beaucoup de temps avant que les automobilistes empruntent l'autoroute 50, lundi.

À 11h, moment de l'ouverture du dernier tronçon de 18 kilomètres reliant Thurso à Papineauville, plusieurs conducteurs attendaient de pouvoir y circuler. Une heure plus tard, un bon nombre de voitures découvraient la nouvelle route.

Grâce à ce parachèvement de 90 km de l'autoroute 50, l'Outaouais est enfin relié à la grande métropole. Les automobilistes ont cependant dû s'armer de patience avant de vivre ce grand jour.

Le projet de la 50 a été pensé vers le début des années 1970 en vue de la construction de l'Aéroport international Montréal-Mirabel. Elle a été créée pour relier ce nouvel aéroport international à Ottawa. Le projet initial, qui prévoyait la construction d'une autoroute de plus de 400 km pour relier la frontière ontarienne dans le secteur de l'Ïle aux Allumettes, à l'autoroute 40 dans la région de Berthierville en passant par Gatineau, Saint-Jérôme et Joliette a perdu son intérêt à cause notamment de l'ouverture de l'aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa. Le transfert des vols de Mirabel vers Dorval et un manque de financement ont conduit à l'annulation de la section à l'ouest de Gatineau de celle à l'est de Saint-Jérôme.

Malgré tout, en 1975, un premier tronçon de 19 kilomètres reliant Mirabel au boulevard Curé-Labelle est construit. Ensuite, en 1986, une portion de l'autoroute 50 est aménagée à Gatineau. Puis, le projet stagne. En 1997, le Bureau des audiences publiques en environnement (BAPE) refuse le tracé reliant Masson à Lachute. Cette décision force le MTQ à le refaire. En 2000, les travaux sont amorcés. En mai 2001, le gouvernement du Parti québécois confirme sa volonté de compléter les 90 km de cet important lien autoroutier, lesquels sont évalués à près de 400 millions$. En 2002, le ministre des Transports, Serge Ménard affirme vouloir prendre tous les moyens nécessaires pour que l'engagement du gouvernement visant à compléter l'autoroute 50 pour 2007 soit respecté.

Le 15 février 2005, le premier ministre Jean Charest promet de réaliser des étapes majeures du prolongement de la 50. «Au terme d'un engagement sur trois ans, tout le lien autoroutier menant du secteur de Buckingham à Lachute sera en chantier», avait-il mentionné.

Le 4 septembre 2008, une première pelletée de terre annonce le début des travaux entre Notre-Dame-de-Bonsecours et Thurso. À ce moment, on reporte la date du parachèvement de l'autoroute 50 en 2012.

Au cours de cette même année, le viaduc de la montée Fassett qui avait coûté 1,2 million de dollars sur cette nouvelle route est démoli en raison de défauts majeurs. Il sera reconstruit.

À partir d'octobre 2008, les tronçons commencent à être accessibles aux automobilistes. Au total, ce chantier majeur aura coûté 800 millions$ plutôt que les 400 millions$ prévus en 2001.

Les 18 derniers kilomètres ouverts hier comprennent trois ponts d'étagement, deux ponts ainsi que deux échangeurs, l'un à la montée Papineau à Plaisance et l'autre à la route 321 à Papineauville.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer