S'attaquer à l'anxiété généralisée

Michel Dugas est professeur de psychologie à l'Université... (Courtoisie, UQO)

Agrandir

Michel Dugas est professeur de psychologie à l'Université du Québec en Outaouais. Ses travaux ont été cités par d'autres chercheurs à plus de 9 000 reprises.

Courtoisie, UQO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le trouble d'anxiété généralisée (TAG) est un problème de santé grave et chronique, mais qui « peut être traité efficacement », selon le chercheur en psychologie Michel Dugas. Chef de file du traitement de ce trouble, l'Ottavien est lauréat du Prix Donald O. Hebb 2017, décerné par la Société canadienne de psychologie. Pour souligner cet accomplissement, Le Droit et Radio-Canada lui décernent le titre de Personnalité de la semaine.

Pendant ses études de doctorat, M. Dugas a élaboré un traitement psychologique pour les personnes atteintes du TAG. Aujourd'hui, ce traitement est reconnu partout autour du globe.

« Avant d'entreprendre mes études doctorales, j'ai été psychologue pendant cinq ans à l'Hôpital de Gatineau. Durant ces années, j'ai réalisé qu'aucun traitement psychologique n'avait été développé spécifiquement pour le trouble d'anxiété généralisée », raconte M. Dugas, qui est désormais professeur de psychologie à l'Université du Québec en Outaouais (UQO).

M. Dugas a donc entrepris son doctorat, en 1992, pour se spécialiser dans le domaine des troubles anxieux. Et ses recherches ont porté fruit, puisque le traitement qu'il a développé est maintenant reconnu partout dans le monde.

« Parfois, j'entends des histoires de personnes qui habitent à l'autre bout du monde et qui ont pu profiter de notre traitement. Pour moi, c'est très satisfaisant de savoir que nos travaux ont donné un coup de pouce à des personnes que je ne connais même pas », dit-il.

Une sorte d'allergie

Pour trouver un traitement, il fallait d'abord comprendre la problématique. Selon la théorie de M. Dugas, « les gens atteints d'anxiété généralisée ont, en quelque sorte, une "allergie" à l'incertitude de la vie. Et ça crée des inquiétudes qui sont difficiles à contrôler. »

Mais l'anxiété se vit différemment chez chaque patient.

« Tous les patients tentent d'éviter l'incertitude à leur façon, explique M. Dugas. En thérapie, nous identifions ces façons et nous encourageons les patients à s'exposer à l'incertitude qu'ils tentent habituellement d'éviter. »

Un peu comme affronter ses peurs. 

« Ce genre d'exposition leur permet d'apprendre que l'incertitude n'est pas aussi dangereuse qu'ils le croyaient », indique-t-il.

« Prenons l'exemple d'un père de famille qui est atteint du TAG et qui s'inquiète pour la santé et la sécurité de son enfant, illustre M. Dugas. Chaque fois que son fils prend l'autobus pour aller chez ses amis, il lui demande : "Prends ton cellulaire et parle-moi dans l'autobus jusqu'à ce que tu sois rendu chez ton ami". Évidemment, le père adopte ce comportement pour éviter l'incertitude. » Mais ces comportements maintiennent le trouble d'anxiété généralisée. Et c'est à eux qu'il faut s'attaquer. « Grâce au traitement, le patient met fin graduellement à ce genre de comportement, poursuit-il. Par exemple, le père pourrait demander à son fils de l'appeler seulement quand il sera rendu chez son ami, pas en route. Et ultimement, son enfant ne l'appellerait plus du tout. »

Résultats probants

Plusieurs recherches ont été effectuées pour évaluer l'efficacité du traitement de M. Dugas. Et les résultats sont probants. « Lorsqu'on regarde l'ensemble des études, on constate que 75 % des gens ne souffrent plus du TAG après 12 à 14 rencontres de thérapie, indique-t-il. Avant, avec les traitements plus généraux pour l'anxiété, on arrivait seulement à traiter efficacement la moitié des gens. »

Mais qu'en est-il de ceux qui font partie du 25 % restant ?

« La plupart profitent quand même du traitement, rassure-t-il. On note une amélioration, mais pas au même point que l'autre 75 % des patients. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer