Le leadership de Normand Sylvestre

Plus de 42 années dans le monde de... (Étienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Plus de 42 années dans le monde de l'éducation ont marqué la carrière de Normand Sylvestre.

Étienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marika Bellavance
Le Droit

Normand Sylvestre a cumulé plus de 42 années d'expérience dans le monde de l'éducation. Mais ses six années à la tête du conseil d'administration du Cégep de l'Outaouais ont été particulièrement marquantes.

C'était en 2012. M. Sylvestre venait tout juste d'être nommé président, il y avait à peine un an.

Les étudiants, quant à eux, se révoltaient de plus en plus contre la hausse des frais de scolarité.

Une crise menaçait d'éclater en éducation, et Normand Sylvestre a dû intervenir rapidement.

« Ça a été une période difficile parce qu'il y avait beaucoup de risques, beaucoup d'inconnu. On ne savait pas combien de temps ça allait durer, ni quelle ampleur ça allait prendre, explique-t-il. On voyait des actes de violence un peu partout à travers la province, et on ne savait pas ce qui allait arriver ici. »

Mais ayant déjà été enseignant et directeur avant d'être président, M. Sylvestre avait beaucoup d'expérience dans ses bagages.

Il connaissait le domaine de l'éducation comme le fond de sa poche.

M. Sylvestre s'est donc empressé de mettre en place les mesures de prévention qu'il jugeait nécessaires afin de limiter les dégâts.

« Le directeur général et moi, on s'est entendu sur quelques principes à suivre, au cas où la violence arriverait ici », précise-t-il.

Hausser la sécurité, convoquer des réunions spéciales, tenir le conseil d'administration à jour : il fallait rester à l'affût pour éviter tout dérapage.

Le plus important, selon lui, c'était de s'assurer que les conditions demeurent les plus normales possible et que la communauté étudiante reste tissée serrée.

« Les relations entre le personnel et les étudiants sont toujours restées très bonnes », indique M. Sylvestre, visiblement très fier d'y être parvenu.

Et c'est probablement pour cette raison que le Cégep de l'Outaouais s'en est sorti sans trop de faux-pas.

« À la rentrée des classes, je suis arrivé tôt le matin et j'ai vu plein de carrés rouges et de carrés verts se diriger vers leurs classes bras dessus, bras dessous, témoigne-t-il. C'est là que j'ai vraiment réalisé qu'on avait réussi. »

Un homme engagé

Parallèlement à sa carrière, Normand Sylvestre a toujours aimé s'engager dans sa communauté.

Animateur à la paroisse St-Mathieu, bénévole au Club Optimiste, collaborateur à la Société de St-Vincent-de-Paul, président d'un tournoi de hockey provincial, M. Sylvestre donne beaucoup de son temps à ses concitoyens.

« C'est tellement gratifiant de savoir qu'on peut faire une différence », confie-t-il.

Sa passion pour l'éducation ne s'est toutefois pas éteinte, puisqu'il continue de s'investir auprès des jeunes.

« J'anime un concours de talents pour les jeunes, ajoute-t-il. C'est beau de les voir exploiter leurs talents et poursuivre leur passion, qu'ils gagnent ou non. »

Même à la retraite, Normand Sylvestre possède manifestement un horaire très chargé, mais il n'est pas épuisé pour autant.

« À travers tout ça, je trouve le temps de voyager, rigole-t-il. C'est important de garder l'équilibre. »

Et même si sa carrière a parfois été parsemée d'embûches, Normand Sylvestre peut dire qu'il a relevé les défis qui lui ont été imposés en cours de route.

Et il garde d'agréables souvenirs de ses années passées dans le monde de l'éducation.

« Il ne faisait pas soleil à tous les jours, mais j'en ai quand même vu, des beaux soleils ! », insiste-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer