Une voix pour les femmes

L'album XO de Laurence Nerbonne a été sacré... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

L'album XO de Laurence Nerbonne a été sacré Meilleur album francophone de l'année au gala des prix Juno.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marika Bellavance
Le Droit

Le premier opus solo de la Gatinoise Laurence Nerbonne, XO, a été sacré Meilleur album francophone de l'année lors du dernier gala des prix Juno tenu à Ottawa. La consécration de cet album, qui récompense à la fois son travail d'auteure, de compositrice, d'interprète et de productrice, lui vaut le titre de Personnalité de la semaine Le Droit /Radio-Canada.

Si l'année 2016 a été bien remplie pour Laurence Nerbonne, 2017 semble être sur la même lancée.

L'année dernière, la chanteuse originaire de Gatineau a pris la décision d'entamer une carrière en solo, après la dissolution de son groupe, Hôtel Morphée. C'est à partir de ce moment que tout a déboulé.

À peine un an après sa sortie, voilà maintenant que son album XO est le récipiendaire dans la catégorie des albums francophones aux Juno.

« Ce genre de récompenses-là, c'est ce qui me donne envie de continuer et de ne jamais lâcher », dit-elle.

Les femmes

Nommée aux côtés de Yann Perreau, Karim Ouellet, Koriass et Fred Fortin, Laurence Nerbonne était la seule femme dans sa catégorie. Fervente militante pour la place des femmes dans la musique, il va sans dire que ce prix lui a fait très chaud au coeur.

« J'ai envie de dire aux femmes de se lancer, de croire en elles et de prendre leur place, peu importe le rôle qu'elles veulent jouer. Je veux en parler parce que souvent, les filles, on se sent moins en confiance, remarque la chanteuse. Mais c'est important de ne pas avoir peur de prendre notre place pour montrer que, nous aussi, on est capable. »

Et sa place, elle la prend, tant devant que derrière le micro. Passionnée par ce qu'elle fait, Laurence Nerbonne est à la fois auteure-compositrice-interprète et productrice de son album.

« Il n'y a pas beaucoup de femmes qui occupent des postes plus techniques, déplore-t-elle. Je pense que ça passe par l'éducation des jeunes femmes. Il faut leur dire d'oser, leur rappeler qu'elles sont capables de jouer d'un instrument ou d'enregistrer leurs chansons sur leur ordinateur si elles en ont envie. »

De l'audace

Depuis ses débuts dans la musique, Laurence Nerbonne a fait beaucoup de chemin.

Pour son premier opus en solo, la chanteuse a mis de côté son violon et sa guitare afin de créer un son plus urbain et audacieux. Mais passer de l'indie rock à l'électropop, ça ne se fait pas du jour au lendemain.

« J'ai eu besoin d'explorer et d'expérimenter pour me connaître et évoluer, explique Laurence Nerbonne. J'ai toujours écouté de la pop, mais c'est seulement récemment que j'ai trouvé le courage d'en faire. Avant, je n'étais peut-être pas prête. »

Avec XO, Laurence Nerbonne avoue s'être vraiment trouvée : c'est la pop qui l'anime.

« Ce que j'aime dans la pop, c'est que ça attire un public large. Je trouve ça vraiment beau de voir que différentes personnes sont capables d'avoir une émotion commune en écoutant la même chanson, confie-t-elle. C'est important parce que je ne fais pas ça juste pour moi. À mes yeux, la musique, c'est le partage. »

C'est d'ailleurs cette idée de symbiose et d'union entre les gens qui se cache derrière le nom de son album. 

« On parle souvent de génération X et de génération Y, mais j'étais tannée de cette séparation-là, précise la musicienne. J'ai voulu créer une seule et unique génération qui est ouverte sur le monde et qui accepte la diversité dans l'amour et la paix. C'est comme ça que j'ai inventé le concept de génération XO. » 

Créatrice et artiste dans l'âme, Laurence Nerbonne a la tête remplie d'idées et semble emballée par ses prochains projets, incluant les arts visuels, sa seconde passion. Les gens de la région en ont d'ailleurs eu un aperçu lors de son exposition Génération XOXO - nommée ainsi en réponse à son album - présentée à la galerie Montcalm en mars 2016.

« C'est certain que je veux rester dans la création et travailler sur un prochain album, indique la chanteuse originaire de Gatineau. Mais je veux avoir des nouvelles choses à dire. Pour ça, j'ai besoin d'acquérir de nouvelles expériences. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer