Repousser les limites de la connaissance

Bertrand Jodoin a remporté le prix Mitacs le... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Bertrand Jodoin a remporté le prix Mitacs le 14 novembre dernier.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Bertrand Jodoin mène des recherches afin de produire de nouvelles technologies révolutionnaires utilisées dans les voitures de Formule Un et dans les avions. Son travail des 18 dernières années lui a valu de recevoir le prix Mitacs, pour souligner « son engagement profond, son leadership exceptionnel et son talent à créer une fusion entre le secteur privé et le milieu de la recherche universitaire ». Aujourd'hui, Le Droit et Radio-Canada le nomment personnalité de la semaine.

Originaire de Granby, Bertrand Jodoin s'est passionné pour les mathématiques, la physique et la chimie, pendant ses études, puis pour le génie mécanique. Après des études doctorales à l'Université de Sherbrooke, il s'est joint à l'Université d'Ottawa en 1998, où il dirige des recherches qui ont des retombées industrielles à l'échelle internationale. 

C'est d'ailleurs ce qu'a reconnu le Prix Mitacs, décerné par un organisme à but non lucratif qui encourage l'innovation et le parrainage entre les chercheurs et les industriels au Canada. « J'étais surpris de recevoir ce prix, mais également très content pour mes étudiants, car il souligne l'ensemble des recherches à la maîtrise et au doctorat au département qui rejaillit maintenant à travers le monde », a indiqué M. Jodoin, seul professeur au pays à recevoir cet honneur cette année.

Le mentorat offert par le professeur Jodoin comprend l'orientation d'une équipe de recherche visant à mettre au point une nouvelle application de pulvérisation à semi-conducteurs maintenant adoptée dans l'industrie de l'aérospatiale. 

« Mon intérêt pour les applications du génie mécanique est au niveau du transport et de la science fondamentale, pour améliorer les aéronefs et les fusées. Il faut se creuser les méninges pour trouver des moyens de les rendre plus performants et moins polluants », dit-il. 

Le prix reconnaît aussi l'aide apportée à Brayton Energy Canada, une entreprise fondée par un ancien étudiant des cycles supérieurs, pour créer une nouvelle génération d'échangeurs de chaleur à haut rendement pour les turbines à gaz.

La technologie a d'abord été adoptée par deux équipes de Formule Un, qui l'ont utilisée pour réduire la chaleur dans le cockpit des voitures. L'industrie de l'aéronautique s'y intéresse grandement. « À la sortie d'une turbine d'avion, l'air est très chaud. Grâce à un échangeur d'air, on préchauffe l'air frais qui entre afin de réduire la consommation », explique le professeur Jodoin.

Actuellement, c'est la recherche sur le matériau composite de plus en plus utilisé sur les avions qui occupe ses journées.  

« En recherche, il faut faire face aux échecs, dit-il. Il y a toujours des creux de vague, c'est comme cela. Il faut mettre les deux mains dedans, et tenter de résoudre des problèmes réels en poussant les limites de la connaissance. En génie mécanique, les mathématiques, c'est notre marteau tiré de notre coffre à outils. C'est plus facile de l'expliquer ainsi aux jeunes étudiants pour les intéresser aux sciences ».

Il faut appuyer la recherche fondamentale au Canada et aider au parrainage avec les industriels, dit-il, citant l'exemple des Européens. « Il faut développer cette synergie pour développer au maximum toutes les possibilités de parrainage. Il y a des progrès, mais il faut continuer. Il faut souvent 10 à 15 ans de travail pour trouver une solution à un problème, ce que les industriels ne peuvent souvent pas se permettre de faire. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer