Le legs d'Anne-Marie White

La directrice générale et artistique de la Nouvelle... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La directrice générale et artistique de la Nouvelle Scène, Anne-Marie White

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Originaire de la région de l'Acadie, Anne-Marie White a déménagé ses pénates à Ottawa en 1990 pour y compléter un baccalauréat en théâtre. Au cours des années suivantes, elle a occupé le poste de directrice artistique adjointe du Théâtre La Catapulte. En 2004, après s'être installée à North Lancaster, dans l'Est ontarien, elle a fondé le Théâtre de la Cabane Bleue. Et puis voilà: de 2008 à juin dernier, elle a moulé le Trillium à son image en ne craignant pas de sortir des sentiers battus, jusqu'à ce qu'elle cède les rênes de la direction artistique à Pierre-Antoine Lafon Simard.

«C'est devenu un théâtre qui fait résolument place à la création, alors que le mandat du Trillium permet d'autres avenues. On a vu par le passé du théâtre de répertoire ou des reprises de textes déjà créés au Québec. De mon côté, j'y suis allé pleinement avec la création, la jeune création, en créant une structure collective», explique Mme White à propos de l'empreinte qu'elle espère avoir laissée sur la troupe.

La faramineuse récolte du Trillium survenue il y a deux semaines lors de la remise des Prix Rideau n'aurait pu mieux tomber, pour boucler la boucle du passage de l'artiste dans la compagnie. En plus des trois prix remportés en lien avec On verra, de Philippe Landry et Éric Perron, la troupe a obtenu deux palmes grâce à #PigeonsAffamés, l'oeuvre signée Anne-Marie White qu'elle qualifie elle-même de «comédie absurde multidisciplinaire engagée». La femme de 44 ans a d'ailleurs mis la main sur la Mise en scène de l'année grâce à cette pièce.

«D'être couronnée pour la meilleure mise en scène, ça fait énormément du bien, dit-elle. #PigeonsAffamés est un projet sur lequel je travaillais depuis quelques années et qui me tient énormément à coeur. C'est un spectacle qui se rapproche beaucoup de ce vers quoi je veux aller dans les prochaines années, c'est-à-dire vers une écriture multidisciplinaire.»

Au-delà du rayonnement local

Le legs d'Anne-Marie White à l'histoire du Trillium sera d'avoir ouvert l'«axe de rayonnement» de la compagnie au maximum, espère-t-elle.

«J'ai travaillé beaucoup pour développer le réseau de diffusion. Juste pour #PigeonsAffamés, par exemple, nous allons faire 30 représentations à travers le pays, à Toronto, à Montréal, à Sudbury, à Winnipeg. On a fait Québec. Ces réseaux qui nous accueillent, ce sont des relations de confiance que nous avons développées à long terme au fil de plusieurs rencontres. Ces portes-là sont maintenant ouvertes et attendent avec beaucoup de curiosité les nouvelles programmations.»

En quête de nouveaux défis, Mme White est devenue en juin dernier la nouvelle directrice générale et artistique de La Nouvelle Scène, un rôle qui lui permet d'assouvir son «amour des lieux» et de gérer le nouvel espace théâtral de l'avenue King Edward, à Ottawa. Elle bouillonne d'idées pour la suite de sa carrière de gestionnaire artistique. 

«Cette question de faire vivre et vibrer une culture francophone dans un milieu minoritaire et dans une capitale, ça m'enivre. J'étais rendue à cette étape où le rôle de producteur ne me permettait plus d'aller au bout de mes envies.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer