Deuxième génération à marquer l'histoire

Benoît-Olivier Groulx a enfilé le chandail des Mooseheads... (Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien)

Agrandir

Benoît-Olivier Groulx a enfilé le chandail des Mooseheads d'Halifax, le 4 juin dernier. Il était entouré de son père Benoît Groulx, de sa mère Nadine Saintôt et de son beau-père Sylvain Brisson.

Rocket Lavoie, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Benoît Groulx a fait les manchettes sportives du Droit pendant sa carrière de 12 saisons à la barre des Olympiques de Gatineau. Il a notamment remporté trois coupes du Président en plus d'avoir mené le Canada à la médaille d'or au Championnat mondial junior en 2015. L'entraîneur gatinois a déjà été la Personnalité de la semaine LeDroit/Radio-Canada plus d'une fois. La semaine dernière, c'est son fils Benoît-Olivier qui a écrit une page d'histoire du hockey en Outaouais en devenant le premier hockeyeur de la région à être sélectionné au premier rang du repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Tic-tic. Pow ! Tic-tic. Pow ! Tic-Tic. Pow !

Ces sons répétitifs font partie de votre réalité si vous êtes voisins de Benoît-Olivier Groulx. Depuis son enfance, il baigne dans le milieu du hockey. Son père, Benoît, est l'entraîneur le plus décoré de l'histoire de la LHJMQ. Son grand-père, Gilles, a été un entraîneur très connu dans le hockey mineur en plus d'être dépisteur dans la LHJMQ.

Comme plusieurs de ses idoles qui ont enfilé l'uniforme des Olympiques au fil des ans, Benoît-Olivier Groulx rêve de faire carrière au hockey. « Un jour, mon père m'a dit que je devais travailler très fort pour arriver à mes objectifs. Il m'a dit qu'il y aurait toujours quelqu'un dans le monde qui travaillerait plus fort que moi pour être encore meilleur. Je ne veux pas que ça arrive. »

Tic-tic. Pow ! Tic-tic. Pow ! Tic-Tic. Pow !

Ce sont les détonations que l'on peut entendre quand le hockeyeur de 16 ans exerce ses tirs à toute heure du jour, parfois même de la nuit.

« Il m'arrive de m'entraîner deux à quatre fois par jour. Ça dure toujours au moins une heure. Mon père m'ordonne parfois de rentrer parce qu'il commence à se faire tard et que je dérange les voisins ! Je ne fais pas ça par obligation. Je le fais par passion. »

Martin Lafleur, son entraîneur-chef avec l'Intrépide de Gatineau cette saison, a été témoin des efforts déployés par le phénomène.

« Il veut être le meilleur. Vouloir, c'est une chose, mais lui, il prend les moyens pour y arriver. On n'est pas obligé de lui demander d'aller au gymnase. Il s'est fixé des objectifs et il fait ce qu'il faut pour les atteindre. À la base, il a hérité d'aptitudes au-dessus de la moyenne, mais c'est le travail qui lui a permis de se détacher du lot. »

Son acharnement a porté ses fruits à la dernière séance de sélection du circuit Courteau. Créée en 1969, la LHJMQ n'avait jamais vu un joueur de l'Outaouais être réclamé au premier rang. Le 4 juin dernier, à Charlottetown, Benoît-Olivier Groulx a mis fin à cette sécheresse quand les Mooseheads d'Halifax ont prononcé son nom pour lancer la séance.

« C'est une source de fierté et aussi un honneur d'avoir été le premier de la région à accomplir cet exploit. Il y a beaucoup de monde qui m'ont aidé à me rendre où je suis. »

Il a notamment parlé de ses entraîneurs, de son père, de sa mère Nadine Saintôt et de son beau-père Sylvain Brisson, lui-même un ancien joueur de la LHJMQ.

« Tout le monde connaît mon père. Ma mère, c'est elle qui fait la discipline ! Sylvain a été là pour moi depuis mes années novices. En même temps, je me suis imposé plusieurs sacrifices pour arriver là. »

Il y a cinq ans, Nathan MacKinnon avait été le premier choix du repêchage de la LHJMQ chez les Mooseheads. Il y a 35 ans, Mario Lemieux avait été le premier choix des Voisins de Laval. Cette année, Benoît-Olivier Groulx a même gagné le trophée Mario-Lemieux remis au meilleur espoir de la Ligue midget AAA. Si le passé est garant de l'avenir, Benoît-Olivier devrait revenir sur cette tribune. Comme son père.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer