Un Gatinois à la conquête d'Hollywood

«Mais je ne savais même pas ce que... (Martin Roy)

Agrandir

«Mais je ne savais même pas ce que j'allais faire avec ça!» rigole Jean-Philippe Brousseau par rapport aux Loops.

Martin Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jennifer Lawrence, Leonardo DiCaprio et les autres stars du cinéma américain pourront bientôt équiper leur téléphone intelligent d'une invention gatinoise, alors que le Loop sera ajouté aux sacs VIP remis aux vedettes qui fouleront le tapis rouge de la prochaine soirée des Oscars. Radio-Canada et LeDroit ont décerné le titre de personnalité de la semaine à l'ingénieur et entrepreneur derrière les Loops, Jean-Philippe Brousseau.

À peine débarrassé de son manteau, Jean-Philippe Brousseau soupire. «Ça n'arrête pas depuis mardi!» En plus de son emploi comme consultant en ingénierie à temps plein, d'enseigner deux cours au Cégep, d'entraîner une équipe de volleyball un soir par semaine et d'être le fier papa de deux enfants, le nouvel entrepreneur observe les dernières plages libres de son horaire pour répondre aux demandes d'entrevue de médias régionaux depuis qu'il a rendu public le partenariat de sa petite entreprise avec les Oscars. 

C'est donc autour d'une camomille bien méritée que l'inventeur des Loops, à la fois rieur et nonchalant, a livré l'histoire un peu extraordinaire de son plongeon dans le monde des affaires.

L'aventure entrepreneuriale de Jean-Philippe Brousseau a commencé en octobre 2012. En ayant assez de repousser sans cesse la réalisation de son rêve d'enfance, il a enregistré une nouvelle entreprise baptisée Genèze Innovation. «Mais je ne savais même pas ce que j'allais faire avec ça!» rigole le trentenaire. La réponse est venue un an et demi plus tard, lorsqu'il prenait un verre avec un ami dans un bar à Montréal. Pour occuper ses mains, il joue avec une paille et son téléphone mobile à l'écran craquelé. Le tube de plastique est devenu une sorte de sangles qui, dans l'imaginaire de l'ingénieur, pourraient empêcher les appareils électroniques de tomber. Eurêka: l'idée des Loops est née.

Les deux modèles de Loops ont d'abord été vendus en ligne avant que le blogue technologique CNET leur décerne le titre du meilleur accessoire bon marché pour appareil mobile de 2015. Sacré coup de pub pour la petite entreprise: l'article retient l'attention de la réalisatrice des Oscars, qui invite «JP» à faire connaître son produit lors de la cérémonie. Mais le coût démesuré de l'expérience -10 000 $ simplement pour un espace à foire des Oscars, sans même y avoir aménagé de kiosque - le décourage de se rendre à Los Angeles. 

En revanche, il propose de glisser des Loops de la même couleur que les statuettes dorées dans les 150 sacs-cadeaux remis aux vedettes. L'idée est reçue avec enthousiasme.

Le phénomène boule de neige des Loops ne commencera pas à fondre de sitôt. Les dragonnes branchées feront bientôt leur entrée dans des boutiques MobiFone, Rogers et Planète Mobile, en plus d'une cinquantaine de détaillants Fido à travers le Québec.

La cérémonie des Oscars se déroulera le 28 février prochain. Le souhait de Jean-Philippe Brousseau: «Que les Oscars nous amènent à un autre niveau.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer