La passion d'entreprendre

Après 15 ans de services, Joanne Lefebvre quitte... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Après 15 ans de services, Joanne Lefebvre quitte la tête du RGA.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mama Afou
Le Droit

Le Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale (RGA) est devenu un acteur économique majeur sous l'impulsion de sa présidente, Joanne Lefebvre. Grâce à elle, l'organisme a vu son nombre d'adhérents tripler durant son mandat qui a duré près de 15 ans. Mme Lefebvre s'apprête maintenant à quitter son poste afin de retourner à ses premières amours: l'entrepreneuriat. C'est pour souligner ce parcours exceptionnel que LeDroit et Ici Radio-Canada la désignent Personnalité de la semaine.

L'entrepreneuriat est une affaire de famille chez les Lefebvre. Cette Franco-Ontarienne, native d'Ottawa, a toujours baigné dans ce milieu.

Fille d'entrepreneur, cette bachelière en sciences comptables a travaillé sept ans à la Place Ville-Marie à Montréal avant de retourner dans l'entreprise familiale. Après un arrêt de quelques années pour prendre soin de ses enfants, Joanne Lefebvre n'a pas résisté trop longtemps aux chants des sirènes du monde des affaires en devenant présidente du RGA en décembre 2000.

À son arrivée, elle a pris les commandes d'un organisme en perte de vitesse. «Le RGA était à bout de souffle à cette époque, ça n'allait pas dans la bonne direction pour plusieurs raisons, on a dû tout rebâtir», confie-t-elle.

Celle qui a débuté seule au début a dû retrousser ses manches afin de faire grandir l'organisme. «Il fallait prendre des décisions, regarder nos orientations, se sensibiliser avec les besoins des gens d'affaires du moment. On a alors fait des sondages pour prendre le pouls de la communauté d'affaires pour intéresser de nouveaux membres», explique-t-elle.

Ainsi, c'est sous sa direction que le RGA a réussi à tripler son nombre d'adhérents, qui est passé de 230 à 700 aujourd'hui.

Parmi ses réalisations, Joanne Lefebvre savoure le fait que l'organisme a su devenir «représentatif de la communauté de la région de la capitale nationale». Avec près de 30% d'adhérents du côté québécois et le reste du côté d'Ottawa et de l'Est ontarien, le RGA accueille pêle-mêle des gens de la petite et de la grande entreprise, des travailleurs autonomes tout comme des jeunes.

«On siège dans les organismes comme le Ottawa Chamber, la Chambre de commerce de Gatineau. On a réussi à faire notre place maintenant, le RGA est dorénavant sollicité de part et d'autre à travers la région, les municipalités nous appellent afin de tâter le pouls des gens d'affaires. Au niveau national, on a été convoité à plusieurs reprises après l'étude qu'on a faite sur le PIB (produit intérieur brut) des francophones à travers le Canada», énumère-t-elle.

Se rapprocher des jeunes

Joanne Lefebvre va donc quitter l'organisme en fin d'année, après 15 ans de services. Elle souhaite retourner à sa première passion, l'entrepreneuriat. «Il n'y a jamais de bon temps pour quitter un endroit qu'on aime bien, mais je suis prête à entreprendre de nouveaux défis, avoue-t-elle. J'ai quelques projets en élaboration, je vais aussi faire de la consultation auprès d'organismes mais, je reste toutefois connecté à la communauté d'affaire d'Ottawa-Gatineau, c'est certain.»

En ce qui concerne l'avenir, celle qui dit «avoir semé des petites graines» espère que le RGA puisse continuer son travail de réseautage. Elle souhaite aussi qu'il soit plus proche des jeunes et maintienne son service de mentorat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer