Un institut de classe mondiale

Le Dr Walker espère que la désignation de... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le Dr Walker espère que la désignation de l'IRB par l'OMS fera connaître ici et ailleurs les travaux de son équipe.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Institut de recherche Bruyère (IRB), à Ottawa, est désormais dans une classe à part. La semaine dernière, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a désigné le Centre de la santé mondiale de l'IRB comme centre collaborateur pour le transfert de connaissances et l'évaluation des technologies de la santé dans le domaine de l'équité en matière de santé. Pour souligner cet honneur, LeDroit et ICI Radio-Canada ont choisi de décerner au directeur général et directeur scientifique de l'Institut, le Dr Peter Walker, le titre de Personnalité de la semaine.

Être associé à l'OMS est évidemment un honneur et un bonheur pour l'équipe de l'IRB. Une reconnaissance que l'organisation accueille avec joie et humilité, affirme le Dr Walker.

Toutefois, bien que la désignation ne soit accompagnée d'aucun financement direct, le directeur général de l'IRB est convaincu que l'Institut ne peut que croître grâce à ce partenariat.

«C'est une grande marque de reconnaissance. C'est une occasion pour les jeunes de pouvoir accroître leurs compétences et explorer des questions qui ont une importance particulière dans un pays donné. C'est de l'or.»

Pour l'IRB, devenir un centre collaborateur de l'OMS est un argument de vente, et ce, de plus d'une façon. Peter Walker croit que cette désignation amènera l'IRB à tisser des liens avec des centres de recherche semblables, ailleurs dans le monde.

Ce titre est également une importante carte de visite pour attirer la crème des chercheurs. Le Dr Walker n'hésite pas à indiquer qu'il s'attend à voir l'intérêt pour l'IRB grandir au sein de la communauté scientifique.

«L'objectif, c'est de créer une masse critique de personnes qui peuvent améliorer les soins et le système (de santé) dans lequel on se retrouve.»

Une spécialité méconnue

Dans la capitale nationale, l'Institut de recherche Bruyère est surtout connu pour son travail en soins palliatifs et les soins de longue durée.

«On a une plateforme de soins qui est assez importante. Nous avons le plus grand centre pour les soins chroniques en Ontario, nous sommes un des plus grands fournisseurs de soins de longue durée et nous sommes les plus performants en réadaptation pour accidents vasculaires cérébraux en Ontario.»

Or, c'est pour un tout autre aspect de sa mission que l'OMS a voulu s'y associer, un aspect méconnu ici. Des experts de l'IRB parcourent le globe chaque année pour étudier la santé des populations.

«Nous avons des chercheurs qui vont en Afghanistan, au Kazakhstan, et qui font du travail pour des agences gouvernementales, pour faire des études qui vont permettre à ces agences de bien formuler les politiques et des interventions.»

Si le nom de l'IRB est reconnu, surtout dans la francophonie ottavienne, Peter Walker espère que sa désignation par l'OMS fera en sorte que les travaux de son équipe à l'international soient mieux connus, ici comme ailleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer