L'écho de son peuple

Félix Saint-Denis espère toujours un retour dans l'Est... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Félix Saint-Denis espère toujours un retour dans l'Est ontarien de L'écho d'un peuple.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lorsqu'il n'est pas sur les planches à faire revivre aux jeunes et moins jeunes l'histoire de la francophonie canadienne avec le mégaspectacle L'écho d'un peuple, Félix Saint-Denis fait rayonner sa passion pour le voyage de Champlain à travers une websérie. Afin de souligner son inestimable dévouement pour le fait français, à l'aube du spectacle de clôture du 400e anniversaire de la présence française en Ontario, Félix Saint-Denis reçoit le titre de Personnalité de la semaine LeDroit et ICI Radio-Canada.

On ne peut mentionner le nom de Félix Saint-Denis sans évoquer L'écho d'un peuple.

C'est à l'aube de l'an 2000 que cette aventure débute, sous l'inspiration d'Alain Dagenais, d'Embrun. L'idée était de créer un spectacle à grand déploiement racontant 400 ans de culture française en Ontario et en Amérique du Nord.

On cogne alors à la porte de Félix Saint-Denis, originaire de Chute-à-Blondeau, qui contribue bénévolement au contenu du spectacle avec l'appui d'un autre grand passionné d'histoire, son père, Yves Saint-Denis.

«L'écho d'un peuple, c'est le rêve d'un groupe qui voulait raconter notre histoire et qui voulait donner une chance, un tremplin aux gens de tout l'Est ontarien. Le but était de les aider à développer leur talent tout en contribuant en même temps à un beau projet intergénérationnel», raconte Félix Saint-Denis.

La première levée de rideau a lieu en juin 2004, à la Ferme Drouin, dans la municipalité de La Nation. Le mégaspectacle est présenté pendant cinq saisons, au cours desquelles il est applaudi par quelque 105 000 spectateurs.

Tournée ontarienne

En août 2008, cependant, des problèmes financiers mettent un terme à l'aventure.

«Les gens étaient extrêmement déçus. Il était difficile de continuer parce qu'il n'y avait pas de stabilité de revenus de fonds publics», explique M. Saint-Denis.

Ce n'était toutefois qu'un entracte pour le mégaspectacle, qui a trouvé son second souffle sur la route. Plus d'une trentaine de régions de l'Ontario ont accueilli les artisans de L'écho d'un peuple dans le cadre de tournées.

Grâce à un appui financier du ministère de l'Éducation de l'Ontario, le spectacle est aussi devenu un outil pédagogique pour les élèves des écoles francophones de l'Ontario, où plusieurs tournées ont été organisées, sans oublier les camps d'été culturels offerts aux adolescents et aux enseignants de la province.

«J'ai la chance de créer, de travailler avec du monde dans un milieu créatif, des gens qui veulent contribuer, qui veulent changer le monde à leur façon», dit-il.

Une année 2015 chargée

Pour Félix Saint-Denis, l'année 2015 aura été très chargée, notamment avec le lancement de sept épisodes de la websérie Le nouveau monde de Champlain, qui relate le voyage de l'explorateur français. «C'est extrêmement apprécié, en particulier par les écoles et les jeunes. Ce sont des contenus de cours qui prennent vie à même le canot de Champlain.»

Ajoutez à cela les festivités du 400e anniversaire de présence française en Ontario, lors desquelles on a confié à la troupe de L'écho d'un peuple la responsabilité de recréer l'arrivée de Champlain chez les Hurons-Wendat, le 1er août dernier, dans le cadre du Rendez-vous de Champlain, à Penetanguishene.

Le 24 octobre prochain, les artisans de L'écho d'un peuple seront à Toronto, au Centre Sony, pour présenter le spectacle de clôture des festivités du 400e, où Félix Saint-Denis agira comme directeur artistique.

Puis le mois prochain, la famille Saint-Denis s'agrandira, avec la naissance d'un quatrième enfant. Le petit garçon portera le nom d'Étienne, un clin d'oeil à aventurier français Étienne Brûlé.

Retour de L'écho

Quant à l'espoir d'un retour du spectacle, la flamme continue de briller. Depuis 2004, plus de 25 000 différents comédiens ont incarné un rôle dans L'écho d'un peuple et plus de 300 000 personnes ont vu le spectacle.

«Le monde nous demande toujours si on croit encore au retour du mégaspectacle. Oui, on y croit encore et on le mérite encore. Les francophones de partout à travers le pays méritent d'avoir un grand spectacle qui raconte ce qu'on est, d'un bout à l'autre du pays, d'où on vient.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer