S'exprimer par la poésie

Guy Jean a reçu le Trophée Hommage aux... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Guy Jean a reçu le Trophée Hommage aux bâtisseurs pour son engagement qui ne s'essoufle pas avec le temps.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le poète Guy Jean s'implique depuis plusieurs années dans le développement de la culture et des lettres en Outaouais. Il a milité afin de faire reconnaître le travail d'auteur comme une profession dans la région. La semaine dernière il a reçu le Trophée Hommage aux bâtisseurs au Gala de reconnaissance des auteurs de l'Outaouais. Pour ces raisons, LeDroit et Radio-Canada l'ont nommé à titre de Personnalité de la semaine.

Guy Jean a commencé à écrire des poèmes à l'âge de 25 ans au Nouveau-Brunswick. Il a beaucoup écrit depuis, mais il a toujours eu à coeur d'aider les autres à prendre leur envol.

«J'ai commencé à découvrir les auteurs d'ici et mon engagement c'est de dire : 'c'est important que la région connaisse ses auteurs'», explique le poète qui a organisé des soirées poésie, fondé une maison d'édition en plus d'avoir agi comme mentor auprès des artistes émergents.

M. Jean a reçu le Trophée Hommage aux bâtisseurs pour son engagement qui ne s'essouffle pas avec le temps. Il a été tour à tour président de l'Association des auteurs et auteures de l'Outaouais et de la Corporation du salon des Régions du Livre pendant cinq ans, membre de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine de la Ville de Gatineau de 2002 à 2008, représentant de l'Outaouais à l'Union des écrivaines et des écrivains québécois de 2005 à 2011. Il est présentement membre du conseil d'administration des éditions Neige-galerie.

Il a déménagé ses pénates en sol gatinois en 1969. «Ce qui m'a frappé quand je suis allé à l'Association des auteurs c'est de voir comment les auteurs d'ici n'étaient pas vus comme des professionnels. [...] Quand j'étais à la commission de la culture et qu'on a développé la politique culturelle, on a insisté pour la reconnaissance du statut professionnel des artistes dans la ville, se souvient-il insistant sur le point qu'il n'a pas travaillé seul. Je suis satisfait d'avoir participé à ça.»

Ayant une dizaine de recueils à son actif, Guy Jean a choisi la poésie comme moyen d'expression pour toute la démarche d'apprentissage autour de l'écriture, mais aussi parce que c'est un moyen d'expression.

«C'est un médium où on concentre beaucoup. Où on tâche de mettre beaucoup de chose à travers les mots. [...] Pour moi la poésie c'est là où les mots deviennent une fenêtre qui permet au lecteur d'aller plus loin que le mot. Ce que j'aime d'un poème c'est si ça rejoint la personne dans sa propre expérience et que ça l'amène à voir plus grand que ce qu'il voit normalement», explique l'homme de lettres.

Âgé de 79 ans, Guy Jean est encore loin de déposer sa plume. Il travaille présentement sur plusieurs projets simultanément. Il compte aussi être présent pour les artistes émergents. Il dit être très impressionné par le travail des jeunes artistes, que ce soit des auteurs, des poètes ou des danseurs. Selon lui, la jeunesse se démarque par sa facilité à jongler avec la multidisciplinarité.

Il a d'ailleurs un conseil pour les jeunes artistes : «l'important c'est que tu écrives comme toi tu écris. Travailler ta propre écriture, pousser ton écriture à bout», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer