La plus rapide au monde

La patineuse de vitesse Ivanie Blondin veut arriver... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La patineuse de vitesse Ivanie Blondin veut arriver aux Jeux olympiques de 2018 parmi les favorites.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La patineuse de vitesse Ivanie Blondin, d'Ottawa, vient d'être couronnée championne de la saison de la Coupe du monde sur longue piste. Elle a terminé première au classement général à l'épreuve de départ groupé. Sa passion pour le sport et son excellence sur la glace font d'elle la Personnalité de la semaine LeDroit/ICI Radio-Canada.

Les célébrations ont dû être mises sur la glace. Une autre course contre le temps attendait Ivanie Blondin à son retour au pays.

La nouvelle championne de la Coupe du monde de patinage de vitesse sur longue piste a passé toute la semaine dernière le nez plongé dans les livres. Tout ça afin d'attaquer les tests finaux qui lui permettront de devenir aide-vétérinaire une fois sa carrière sportive terminée.

«J'ai déjà fini trois examens en ligne depuis que je suis revenue chez mes parents à Rockland. Là, j'ai un projet à remettre aujourd'hui et il me reste deux autres examens», relate Blondin, un brin stressée.

L'entrevue se déroulait jeudi. L'athlète franco-ontarienne s'offrait une rare pause afin de jaser avec le journaliste.

«Des devoirs et des tests, ce ne sont pas des choses que j'adore faire... Mais je suis passionnée par les animaux. Depuis que je suis jeune, j'ai toujours dit que j'aimerais devenir fermière.»

La femme âgée de 24 ans se met à rire en offrant cette confidence. Elle possède un perroquet et un chien à son domicile de Calgary, non loin du centre d'entraînement de l'équipe canadienne.

Mais pour l'instant, il n'est pas question de ranger ses lames pour veiller à la santé de petites et grosses bêtes.

Blondin continuera de patiner pour un bout de temps. D'abord, parce qu'elle adore encore ce sport.

«Je fais ça depuis l'âge de six ou sept ans. Je ne patine pas pour l'argent parce que ça ne rapporte pas d'argent. Je patine parce que j'aime la course. J'ai toujours un sourire fendu jusqu'aux oreilles quand je prends place sur la ligne de départ.»

L'autre raison?

Les Jeux olympiques, dont la prochaine édition hivernale aura lieu en février 2018, en Corée du Sud. Et si la tendance se maintient, l'ancienne étudiante de l'école secondaire Garneau sera un des espoirs de médaille du Canada.

«C'est mon but d'arriver aux Jeux en tant qu'une des favorites, avoue Blondin. C'est réaliste si je continue à obtenir des performances comme je l'ai fait cette saison.»

Un hiver durant lequel Blondin a remporté six médailles sur le circuit de la Coupe du monde, dont cinq en départ groupé, sa spécialité. À cela s'est ajoutée une deuxième position à cette épreuve aux championnats du monde.

Ses succès lui donnent raison d'avoir pris une décision importante en 2010. Celle de délaisser une carrière prometteuse sur courte piste où ça joue du coude sur la glace, où les chutes s'avèrent plus fréquentes.

À l'époque, la patineuse formée par les Concordes de Gloucester s'entraînait à Montréal. Mais une commotion cérébrale l'a forcé à se pencher sur son avenir.

«C'était ma cinquième commotion en l'espace de trois ans. Je me suis dit que c'était assez. Ma mémoire était scrappée. Je déposais mes clés sur le comptoir en arrivant à la maison. Puis quelques minutes plus tard en me tournant, j'oubliais déjà où elles se trouvaient. Je capotais.»

Aujourd'hui, sa tête se porte bien. Son moral aussi. Surtout ces jours-ci.

Un voyage en République dominicaine, loin de la glace et du froid, l'attend à la fin du mois d'avril. Ce sera ensuite le retour à l'entraînement.

Ce sera aussi la chasse à un commanditaire. «Je vais avoir une place disponible sur mon uniforme de course la saison prochaine. J'aimerais trouver une personne prête à me commanditer, à me suivre jusqu'aux Jeux.»

Pourquoi pas une entreprise agricole ou dans le domaine animalier?

Rencontrez la Personnalité de la semaine le lundi dans LeDroit, ainsi qu'à 8 h 40 à l'émission Bernier et Cie, animée par Carl Bernier sur ICI Radio-Canada Première 90,7 FM, et au Téléjournal Ottawa-Gatineau de 18 h présenté par Mathieu Nadon sur ICI Radio-Canada Télé.

À chaque semaine, un jury formé de représentants des rédactions du quotidien LeDroit, ainsi que d'ICI Ottawa-Gatineau, nomme un lauréat afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région.

Vous connaissez une personne qui mériterait d'être nommée ? Écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer