Le goût de changer les choses

À une certaine époque, Michèle Diotte rêvait d'enfiler... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

À une certaine époque, Michèle Diotte rêvait d'enfiler l'uniforme de policière. «Mais j'ai réalisé que j'avais plus de pouvoir à l'extérieur pour changer les choses», se souvient-elle.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Michèle Diotte a toujours eu en elle cette envie d'aider les autres. Impliquée au sein du Centre d'aide et de lutte contre les agressions sexuelles (CALAS) de l'Outaouais depuis plus de 15 ans, l'intervenante sociale a créé avec son équipe un atelier de prévention des agressions sexuelles auprès des personnes atteintes de déficience intellectuelle, ce qui leur a valu une mention d'honneur aux Prix d'excellence du réseau de la santé et des services sociaux du Québec. Pour souligner ce grand honneur, LeDroit et Radio-Canada lui décernent aujourd'hui le titre de Personnalité de la semaine.

C'est avec beaucoup d'humilité - et en prenant bien soin de parler du travail de toute son équipe - que Michèle Diotte accepte le titre de Personnalité de la semaine. Selon elle, le CALAS a simplement poursuivi sa mission première: promouvoir des rapports égalitaires entre hommes et femmes, éliminer la méconnaissance des agressions sexuelles et outiller les personnes avec une déficience intellectuelle face à la violence sexuelle. Le CALAS soutient les femmes de 12 ans et plus ayant vécu une agression à caractère sexuel. Le travail de l'organisme vise à réduire les conséquences des agressions.

Le nouvel atelier offert aux personnes atteintes de déficience intellectuelle permet de rejoindre une population encore plus vulnérable à la violence sexuelle.

«On faisait déjà de la sensibilisation et de la prévention avec la population en général, mais on ne s'adresse pas de la même façon aux personnes avec une déficience intellectuelle. On a donc décidé de créer sur mesure un atelier pour cette clientèle, afin de les outiller et de rendre nos services plus accessibles», raconte Mme Diotte.

Dès sa mise en place en 2012-2013, l'atelier a permis de rejoindre 74 personnes et 56 intervenants communautaires ont été rencontrés pendant la même période.

Les moyens de dénoncer

Selon l'organisme, cette tranche de la population avait bien besoin d'une aide adaptée à sa réalité.

De sept à neuf femmes atteintes de déficience intellectuelle sur 10 vont vivre une forme d'agression sexuelle au cours de leur vie. Comparativement à trois femmes sur 10 dans les autres cas. Face à ces chiffres, le CALAS avait la volonté de rejoindre les femmes pouvant être davantage discriminées.

«L'objectif ultime est que la personne avec une déficience intellectuelle soit en mesure de reconnaître la violence et l'abus sexuel, explique Michèle Diotte. On veut lui donner les moyens de dénoncer.»

L'atelier destiné aux personnes avec une déficience intellectuelle pourrait faire des petits ailleurs en province. Le CALAS Outaouais a présenté son projet aux autres CALAS et CALACS de la province. «Les autres régions ont démontré un grand intérêt. Notre mission à tous est d'être le plus inclusif possible et avec cet atelier on leur donne des outils de plus», mentionne Mme Diotte.

L'étincelle

Ce goût d'aider et de travailler pour les autres a toujours été naturel chez Michèle Diotte. À l'époque, elle rêvait d'enfiler l'uniforme de policière. «Mais j'ai réalisé que j'avais plus de pouvoir à l'extérieur pour changer les choses. J'ai donné de mon temps pour la lutte dès mon arrivée au CALAS. Je voulais faire bouger les choses», se souvient-elle.

Confrontée régulièrement à des situations difficiles, Mme Diotte mentionne que son travail consiste aussi à opérer des changements. La diversité des tâches permet d'éviter l'usure et de balancer le nombre de cas lourds.

«On est fait ou pas pour ce type d'emploi: ça, c'est sûr. Il y a une partie de moi qui est bien avec la problématique, explique l'intervenante sociale. Avec toutes les autres tâches, on sent qu'on a le pouvoir de changer les choses. On travaille plein de facettes en lien avec le problème.»

sbranch@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer