Les visages de la francophonie

Le plus grand bonheur, pour Jean Mohsen Fahmy,... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Le plus grand bonheur, pour Jean Mohsen Fahmy, c'est de toucher son public. «Quand un lecteur vient me dire qu'il a lu mon dernier roman et qu'il a été heureux, cela représente énormément pour moi.»

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean Mohsen Fahmy, à lui seul, nous rappelle la grande diversité qui existe dans la francophonie à travers le globe. Franco-Ontarien d'origine égyptienne, l'auteur a récemment été récompensé du prix littéraire France-Acadie, remis par un jury français, pour son roman Les Chemins de la liberté, dont les deux héros sont Acadiens. Pour cette récente reconnaissance, mais également pour son implication dans l'épanouissement de la francophonie, LeDroit et ICI Radio-Canada lui décernent aujourd'hui le titre de Personnalité de la semaine.

Avec une grande humilité, M. Fahmy estime que sa sélection à titre de Personnalité de la semaine est avant tout une reconnaissance du milieu littéraire francophone dans la région de la capitale nationale, incluant la rive québécoise.

« Je pense bien qu'à travers ce choix [] il y a aussi une forme de reconnaissance de la littérature franco-ontarienne, des créateurs franco-ontariens et surtout de l'importance du livre et de la lecture qui sont absolument essentiels pour notre avenir. »

L'auteur franco-ontarien d'origine égyptienne démontre également cette humilité lorsqu'il parle de cette passion pour l'écriture. Pour lui, le succès n'est pas synonyme d'argent. Comme il l'indique, rares sont les auteurs qui gagnent un salaire faramineux. « À moins de s'appeler J.K. Rowling », lance-t-il en riant.

Jean Mohsen Fahmy affirme sans détour que le plus grand bonheur, pour lui, c'est de toucher ses lecteurs. « Quand un lecteur vient me dire qu'il a lu mon dernier roman et qu'il a été heureux, cela représente énormément pour moi. »

L'auteur se réjouit de gagner le prix France-Acadie puisque les reconnaissances de ce type contribuent à mousser la popularité d'un roman.

Au risque de le répéter, l'argent n'est pas sa principale motivation. Sans détour, M. Fahmy soutient que ce coup de publicité pour son livre permettra d'abord et avant tout à davantage de gens de découvrir l'histoire.

Ancré dans la francophonie

Son roman Les Chemins de la liberté ne manque pas d'attaches dans la francophonie, particulièrement dans la réalité canadienne. C'est l'histoire de deux jeunes Acadiens, nés en France après que leurs familles aient été expulsées de l'Amérique pendant le Grand Dérangement du xviiie siècle.

Le livre raconte l'aventure de ces adolescents qui décident de retourner à leurs racines, retrouver ce paradis perdu maintes fois décrit par leurs grands-parents.

« C'est un roman d'aventure, mais aussi de découverte de soi puisque les deux adolescents s'aiment. Tout bon roman doit avoir une intrigue d'amour, mais comme toute bonne intrigue d'amour, elle n'est pas sans travers, sans difficulté. C'est un petit peu la maturation de cet amour et de cet attachement qu'on suit dans le roman », explique Jean Mohsen Fahmy.

L'amour dont il parle, c'est aussi, en quelque sorte, celui qu'il éprouve lui-même pour la francophonie.

Il s'est impliqué au cours des années à l'Association des auteures et auteurs de l'Ontario français, à la Table de concertation du livre franco-ontarien et à la Nouvelle Scène, pour n'en nommer que trois.

Créer des racines

En empruntant un moment historique de l'histoire acadienne comme toile de fond, M. Fahmy est simplement conséquent avec ses actions des dernières années.

Il démontre une fois de plus son attachement à la francophonie ontarienne.

« J'ai grandi dans les cultures arabes et francophones. J'ai toujours aimé la littérature et la culture de la francophonie, affirme l'auteur. Là où je m'installe, j'établis des relations humaines. [] Quand on crée des relations humaines, on crée des racines. [] La langue française et la culture qu'elle charrie un peu ici, en France, en Acadie et au Québec est porteuse d'une certaine vision, de valeurs que j'épouse étroitement. Je me sens à l'aise. »

M. Fahmy porte bien haut le flambeau de la francophonie. Le prix France-Acadie est un bon exemple du type d'ambassadeur qu'il est pour cette langue et cette culture. Un auteur franco-ontarien d'origine égyptienne reçoit un prix des mains d'un jury français pour un livre qui parle de l'Acadie, voilà qui n'est pas banal.

« Je suis heureux d'établir ainsi des ponts entre différents univers de la francophonie qui est un peu notre univers à nous », conclut l'auteur.

Rencontrez la Personnalité de la semaine le lundi dans LeDroit, ainsi qu'à 8 h 40 à l'émission Bernier et Cie, animée par Carl Bernier sur ICI Radio-Canada Première 90,7 FM, et au Téléjournal Ottawa-Gatineau de 18 h présenté par Mathieu Nadon sur ICI Radio-Canada Télé.

À chaque semaine, un jury formé de représentants des rédactions du quotidien LeDroit, ainsi que d'ICI Ottawa-Gatineau, nomme un lauréat afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Vous connaissez une personne qui mériterait d'être nommée ? Écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer