Familles et rôle du père regardés à la loupe

La professeur à l'UQO Francine de Montigny a... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La professeur à l'UQO Francine de Montigny a récemment lancé La naissance de la famille, un manuel éducatif qu'elle a dirigé en compagnie d'Annie Devault et Christine Gervais.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Francine de Montigny s'intéresse à la santé des familles depuis le début de sa carrière. Après quelques années de pratique comme infirmière, elle a pris conscience de certaines réalités en ce qui a trait à la santé périnatale. «Je me suis rendu compte que les pères avaient peu de place dans tout ce qui touche la santé périnatale. Ils venaient aux rencontres, mais ne parlaient pas et c'est devenu, pour moi, un défi de mieux comprendre ce phénomène et d'amener les pères à participer davantage. Nos recherches ont démontré que les pères ont de la difficulté à prendre leur place dans le système de la santé et des services sociaux, parce qu'ils considèrent que l'attention des intervenants du milieu est surtout centrée sur la mère et l'enfant. Au fil du temps, ils nous ont mentionné leur besoin qu'on reconnaisse leur présence et leur rôle auprès des enfants. Ainsi, récemment, lors d'une rencontre avec la mère d'un enfant ayant reçu un diagnostic de troubles d'apprentissage, les intervenants ont rejoint le père par Skype parce qu'il ne pouvait pas s'absenter du travail», explique Mme de Montigny.

Elle a créé le projet «Initiative Amis des Pères» (IAP), financé (2,5 millions$) par le programme Avenir d'enfants, de la Fondation Chagnon. Le projet qui vise à mieux préparer les enfants à entrer à l'école, prône aussi une plus grande implication des pères. IAP a démontré que lorsque les pères sont présents dès le début, ils contribuent à la réussite scolaire de l'enfant, par la manière qu'ils le stimulent et l'ouvrent au monde.

Deuil postnatal

Son travail l'a aussi amenée à étudier tout ce qui entoure le deuil postnatal. Pour les familles, la mort d'un enfant dans les heures ou les jours qui suivent la naissance est une tragédie qui peut entraîner d'autres conséquences, comme la crainte d'avoir d'autres enfants ou la rupture du couple. Il est donc important de bien former les intervenants qui sont appelés à travailler avec ces familles éprouvées, dans les semaines et les mois qui suivent le décès de l'enfant.

«Il est vrai qu'un tel événement peut entraîner la rupture du couple, mais ceux à qui c'est arrivé, nous disent souvent que la mort de l'enfant a pu être un catalyseur, mais qu'elle n'est pas la seule raison et qu'il y avait autre chose qui clochait dans la relation. Dans d'autres cas, la période de deuil est un moment où les parents apprennent à s'épauler et elle peut renforcer les liens qu'entretiennent les conjoints entre eux».

Le projet vise également à développer un groupe de soutien pour les intervenants qui accompagnent les familles en deuil. Ces intervenants, bien qu'ils ne soient pas directement touchés par le deuil, vivent quand même des émotions difficiles et ils n'ont pas nécessairement l'occasion d'en parler dans leur milieu professionnel et, lorsqu'ils rentrent à la maison, ils veulent maintenir une frontière entre ces situations et leur vie personnelle. "Ça devient très lourd pour eux et s'ils vivent eux-mêmes un deuil dans leur famille, ils ont besoin d'un endroit pour en parler. Nous voulons aussi créer un groupe de soutien pour les femmes qui ont vécu un avortement».

L'équipe de Francine de Montigny organise présentement une campagne de financement pour soutenir ces initiatives. Le groupe vise à amasser 25000$.

Francine de Montigny est vraiment passionnée par ce travail qui l'a amenée à enseigner à Gatineau, Trois-Rivières, Québec, Saint-Jérôme et même au Brésil.

Outre son travail à l'UQO, elle est aussi titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la santé psychosociale des familles depuis 2010, a créé et dirige le Centre d'études et de recherche en intervention familiale (CERIF), ainsi que le Groupe de recherche sur la santé mentale des hommes en période postnatale, qui soutient l'engagement des pères au sein des familles.

ctheriault@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer