Manifestation contre une méthode d'euthanasie à la SPCA

La trentaine de manifestants ont été bruyants, mais... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

La trentaine de manifestants ont été bruyants, mais l'événement s'est déroulé sans anicroches devant les bureaux de la SPCA de l'Outaouais.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une trentaine de manifestants ont fait entendre leurs voix samedi avant-midi devant le refuge de la SPCA de l'Outaouais, dans le secteur Gatineau, dénonçant l'une des méthodes d'euthanasie auxquelles a recours l'organisme.

Les protestataires se sont postés devant l'édifice situé au 132, rue Varennes parce qu'ils s'opposent à ce que l'une des façons utilisées pour mettre fin aux jours des bêtes, soit de les enfermer dans des pièces où du monoxyde de carbone est libéré. 

Sur place, plusieurs brandissaient des affiches sur lesquelles on pouvait lire «Contre les chambres à gaz à la SPCA de l'Outaouais».

Ils réclament que les animaux soient euthanasiés uniquement par injection létale, un procédé qui ne peut toutefois qu'être effectué par les vétérinaires, signale la SPCA.

Trois agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) avaient été dépêchés sur les lieux pour assurer le bon déroulement de la manifestation. Finalement, le tout s'est déroulé dans le calme même si certaines personnes auraient tenté en vain de pénétrer à l'intérieur du refuge.

La directrice générale de l'organisme, France Dubois, réplique que le type de chambres à gaz auquel font allusion les manifestants n'est pas celui auquel a recours la SPCA de l'Outaouais. «Tout est conforme. On suit à la lettre les normes de l'American Medical Veterinary Association (AVMA) et la législation québécoise. Le délai pour que l'animal décède est à peine d'une minute. Il n'y a pas d'histoires d'horreur ici», a-t-elle dit au Droit

À son avis, les protestaires ne visent tout simplement pas la bonne cible. «S'ils consacraient plutôt toutes leurs énergies à réduire le taux d'euthanasie, ce serait formidable. Ils tapent sur la tête des gens qui gèrent le problème et non ceux qui le génèrent», indique-t-elle, ajoutant avoir fait preuve de transparence en invitant les opposants à venir visiter la salle où sont pratiquées les euthanasies, voire assister en direct au procédé. Une manifestante aurait même complètement changé sa vision des choses à la suite des explications fournies par la SPCA.

Bon an mal an, la SPCA de l'Outaouais indique qu'elle pratique environ 3000 euthanasies, majoritairement sur des chats, dont le taux de reproduction est beaucoup plus élevé. Rappelons que sans stérilisation, deux chats qui s'accouplent donnent jusqu'à 12 chatons la première année, lesquels se reproduiront à leur tour et ainsi de suite pour donner, en l'espace de quatre ans, près de 21 000 chats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer